125. les fleurs

champ de fleurs jaunes

Les grosses pluies quotidiennes et les belles heures chaudes et saupoudrées de soleil qui s'ensuivent nous faisant profiter d'un exceptionnel climat presque tropical, et le vent, les abeilles, l'air du fleuve, la générosité de la terre et le fait de tout laisser pousser dans une sauvage liberté amènent les fleurs, les légumes et les fruits à essaimer partout et à s'étaler voluptueusement dans les jardins, certains vont même jusqu'à s'accoupler devant nos yeux étonnés, par exemple ce gros oignon qui a pris racine sur un autre gros oignon ; et ma fière et racée coriandre a tellement bien entortillé l'échalote qu'elle l'a maintenant prise à la gorge, et même dépassée en taille, et l'autre paresseuse s'est laissé faire.

les pavots roses et les sea holly daisy qui ont essaimé en plein potage

Chacune des plantes apporte sa moisson de dégustations savoureuses : j'ai cueilli des betteraves, un gros panier de bettes à carde, des feuilles de laitue pour tous mes sandwiches et salades d'été, du persil, des pommes de terre grosses comme des petits oeufs, de la sauge, du romarin, encore des cerises, du basilic et des cosses gorgées de petits pois, et aussi des haricots verts, des soucis et des capucines, des pâtissons, des cornichons [sur l'air de Nino Ferrer].

et les roses trémières, reines du jardin

Je fais des conserves à mesure et un peu chaque jour : congélation en petits sacs ou en contenants avec les noms et les dates dessus, macération dans de jolies bouteilles au verre teinté, dans le vinaigre, dans l'alcool, en confitures et par séchage, tous les moyens sont bons et j'expérimente, les étagères et le congélateur se remplissent peu à peu de préciseuses provisions pour cet hiver. Les quatre images de fleurs de ce jour poussent sur le terrain devant la maison, de l'autre côté de la rue et je les ai approchées tout à l'heure en pensant au journal que je n'ai pas eu le temps de mettre à jour dernièrement car j'ai beaucoup à faire et plus l'été avance moins j'aurai de temps pour l'Internet. Mais pour les fleurs et les jardins, je suis toujours là... Penser que dans quelques mois à peine la neige recouvrira tout cela me fait ouvrir grand les yeux, et je respire et je prends le temps d'écrire dehors, j'admire en me recueillant plus que je ne cueille les fleurs qui s'ouvrent en couleur.

encore des fleurs jaunes en cavale

Pour une symphonie en jaune et mille et une teintes de rose, sur un air de flûte enchantée. Je l'entends, quand le vent est du bon côté.