101. voyage autour d'un jardin avec des fleurs jaunes et quelques moustiques

D'autres fleurs se sont installées au jardin. Depuis hier, le soleil est sorti de sa cachette et il a repris sa place en bousculant les nuages, cédant plusieurs fois un bout de ciel à de courtes averses tièdes pour ensuite se remettre à briller intense et jaune, si bien que le mercure s'est maintenu entre 25 et 30 toute la journée.

J'ai commencé à planter les tomates hier, les douze plus beaux plants portant le nom de Principe Borghese : « L'une des principales variétés italiennes pour sécher au soleil ou pour les conserves. Plein de grappes de fruits parfaits de 30-60 gr en forme de petite prune. Étonnante tolérance au froid. Croissance déterminée très vigoureuse. Mi-saison. »

Mais je n'ai pu jardiner très longtemps à cause de la chaleur trop forte en plein soleil et des moustiques suceurs de sang qui m'ont chassée du potager. Ce ne sont pas des maringouins, non, je dois préciser qu'il s'agit des voraces et redoutables mouches noires, des diptères piqueurs aussi appelés « simulies » [Simuliidae]. Ils ne piquent pas, ces chers petits vampires, ils mordent carrément dans la chair et quand ils repartent, il te reste une petite plaie rouge et ronde de deux ou trois millimètres couleur de steak saignant, et quand ils vous piquent autour des yeux et des oreilles, le sang coule carrément. J'ai découvert qu'à certains moments de la journée, ils s'absentent. Peut-être vont-ils chasser chez la voisine ou dormir un peu. J'apprends à profiter de ces moments-là pour aller dehors.

Cet avant-midi, j'ai planté une autre douzaine de tomates Lycopersicon esculentum [nom latin des tomates, toutes variétés confondues, jolis mots] , la variété Stupice, achetée comme ses soeurs à La société des plantes. Sur le sachet de semences il est écrit : « Variété d'Europe de l'Est adaptée aux climats frais. Tomate rouge la plus précoce, elle est en plus très productive et délicieuse. Toute ronde juteuse et d'un beau format pour les sandwiches. Plants vigoureux à feuillage de pomme de terre vert bleuté. Croissance indéterminée. Très hâtive ». Après une dizaines de piqûres, je suis rentrée me mettre à l'abri.

Une demi-heure après je suis sortie à nouveau et les moustiques étaient partis. J'en ai profité pour faire le tour du jardin et admirer les fleurs, faire quelques photos et un peu de yoga, tranquillement.

Et voici ma récolte d'images, les meilleures, telles que je les ai vues. En premier, des grappes de fleurs sauvages entre le violet et le pourpre au bout longues tiges qui ont poussé en bordure de la terrasse, celle-ci a été couchée par le vent et elle continue sa vie à l'horizontale. S'agirait-il de la belle indésirable salicaire ? J'en ai cinq ou six autour de la maison, je ne les ai pas arrachées. Peut-être m'en repentirai-je un jour ? Je vais tout de même lire cet article, m'informer.

salicaire13062006.jpg

Ensuite, impossible de manquer les petites fleurs jaunes, mes jolis boutons d'or, en bordure du potager comme des petits soleils, là où les pissenlits achèvent de semer au vent ce qui reste de leurs blanches aigrettes duveteuses.

groupe de boutons d'or et pissenlit tout seul avec ses aigrettes

Et puis j'ai essayé de photographier une pivoine enceinte jusqu'aux oreilles, mais tous les clichés sont flous, elle n'arrêtait pas de bouger au bout de sa longue tige, petite danseuse joyeuse à la jambe fine, gorgée de minuscules fourmis.

pivoine en bouton

Après ça j'ai mis le nez dans ce qui doit être un iris jaune avec un peu de violet. Quel parfum sucré, charnu et rond.

iris jaune

Le jaune est-il une couleur qui se mange froid ?

liscache13062006.jpg

Et pour finir je me suis couchée dans l'herbe et j'ai regardé le ciel derrière une autre rangée de jaunes en boutons, probablement d'autres iris plus petits. Ou des jonquilles ?

vert jaune bleu

La dame qui habitait cette maison avant moi devait aimer le jaune, ces fleurs étaient à elle, c'est elle qui les a plantées, je pense à ça. Je pense au soin que cette femme a pris de toutes ces fleurs que je ne connais pas, chaque nouveau jour j'en vois apparaître des nouvelles. J'espère qu'il y aura des hémérocalles, celles de couleur orange, j'aime trop ces fleurs. Il y en avait de bien belles à la maison que j'avais louée pour mes vacances à Façalamercity, il y a de cela deux ans déjà.

Cet après-midi, je compte finir de planter les tomates, les D'Iberville : « Variété du Québec disparue du commerce, très productive. S'il est un rouge tomate, c'est celui-là! Fruits lisses, en grappes, savoureux, pas très gros : 120 à 180 grammes. Indéterminée ». Et entre tous ces plants, je mettrai le basilic et des capucines, et du cerfeuil. Ça aide les tomates à pousser en leur donnant un bon goût très doux. Les capucines se mangent aussi.