55. j'essaie d'oublier la question

La fièvre a rejoint la liste de mes petits et grands bobos existentiels. Faites vos jeux. Y'en aura pas de facile, comme disent nos amis les sportifs. Mal de tête, courbatures et toute le tuyauterie digestive [horreur] et respiratoire qui se déglingue. J'ai dormi à bâtons rompus, me promenant lourdement de haut en bas de l'escalier, de ma chambre à la salle de bain, et vice versa, une partie de la nuit et pour finir j'ai roupillé jusqu'à midi. Le tour presque complet de l'horloge, je crois que c'est une première depuis que je vis à la campagne. En vérité je vous le dis, je crois que certains états de déchéance physique aiguë possèdent un puissant pouvoir de houspiller sinon chasser l'angoisse et autres renifleries psychoémotivomentales. Gros soleil toute la journée. La neige fond peu à peu et le beau côté à cela c'est qu'il n'y a pas d'eau qui monte dans la cave [dû à quelques mini fissures dans les vieux murs en pierre des fondations, à réparer l'été prochain, je craignais de me retrouver avec une piscine en bas à la fonte des neiges, mais non]. Je ne sais toujours pas si je vais arrêter le journal, j'essaie d'oublier la question, de passer à un autre niveau - disons supérieur - d'incompétence, en quelque sorte.

Poursuivant ma quête de légèreté et obéissant à la séduisante injonction de n., hier : « à nous l'urgence de l'inutilité ! » [et malgré les inconforts reliés à la fièvre] je me suis cherché quelque occupation aussi urgente qu'inutile. C'est donc sous cet angle que j'ai sorti et installé dans la cuisine, et photographié, tout le matériel dont j'aurai besoin pour faire les semis. Je me dis que faire les semis soi-même ça doit être hautement inutile, puisqu'il est si facile d'acheter les plants tout faits dans les centres de jardinage. J'aurai besoin de ces deux sacs de terreau spécial pour semis, achetés en janvier, de même que tout le reste, et j'ai appris par la suite qu'il ne sert à rien de commencer avant fin mars début avril car les jeunes pousses risquent de grandir trop vite et s'étioler et donc produire des plants de moindre qualité qui produiront peu [inutiles ?]. Comme outils, j'aurai simplement besoin d'un grand bol qui a déjà servi de casque, de bouclier et de bol à salade, et d'une cuillère en bois ordinaire, pour mélanger le terreau avec de l'eau tiède, plus un arrosoir à bec fin et un vaporisateur.

potsetserrespoursemis.jpg

Avant de déposer la terre dans les petits pots en tourbe, biodégradables, je les ai placés dans des bacs, en fait ce sont de mini-serres car ils ont des couvercles en plastique transparents, comme ça je pourrai les transporter plus facilement à la cave où je compte installer une sorte de couveuse éclairée avec des vieux néons que j'ai récupérés ici en arrivant. Bon.

Toute les images peuvent être agrandies en cliquant dessus, sauf le magnifique terreau la lady bird qui capote dans sa bulle [lightbox, je t'aime].

semences.jpg

Et dans huit semaines environ je mettrai tout ce beau monde dehors dans une couche-chaude, manière de serre rudimentaire que je bricolerai avec des planches et de vieilles fenêtres. Demain matin, je sème. J'ai choisi les sachets de semences à planter tout de suite en lisant bien les instructions écrites dessus, le reste sera semé directement au jardin, en pleine terre. Aujourd'hui, je n'ai pas réussi à faire plus. Il est presque 9h30, et dans 5 minutes, je dors.

stuck.gif