74. bajo el cielo

sontag_douleur.jpg

Je pensais à faire une page depuis mon premier réveil vers 7 heures et demie et je ne réussissais pas à commencer. Toutes sortes de petites choses à écrire, mais rien d'assez important pour le fixer dans des mots. Comme la chaleur, l'humidité écrasante, et le fait que je me sois recouchée au lieu de me lever. Bu un jus d'orange et dormi jusqu'à 9 heures et demie. Ensuite rendez-vous chez le coiffeur à 10 heures et demie. C'est le jour où les choses se font aux demies des heures. Après le coiffeur, j'étais affamée et je suis allé manger des oeufs brouillés avec du jambon et des fruits chez La mère Poule [il était midi et demie]. J'écoute le dernier album de Lhasa, bien envie de vous mettre ma chanson préférée du jour, un petit bout de temps en ligne, ne la recopiez pas cette chanson, essayez plutôt de vous trouver le cd, ok ? [titre de l'album : The living road.] De toutes manières, si je vois que ça télécharge trop, je vais l'enlever illico presto. Je ne sais pas quelle folle idée m'a prise de marcher jusqu'à une librairie située assez loin d'ici dans cette chaleur. Je suis revenue [il était deux heures et demie] rouge comme une pivoine, les bras chargés de livres, de fort belles trouvailles d'ailleurs. Je cherche encore un petit script pour écrire les noms des fleurs ou des commentaires sur mes images, vous savez, une infobulle qui s'affiche quand on passe la souris sur une image, judicieuse suggestion de christine p. Et puis faire la liste des quelques livres avec qui je pourrai rêver debout dans les prochains jours : Devant la douleur des autres, et La maladie comme métaphore, de Susan Sontag ; Dolce agonia, de Nancy Huston ; Runaway, de Alice Munro ; Stefan Zweig et Vienne, de Catherine Sauvat, avec les photographies de Hélène Moulonguet ; et finalement le dernier et non le moindre, Egon Schiele, 1890-1918, Pantomimes de la volupté, Visions de la mortalité.

Je vous invite donc à écouter Lhasa De Sela et « La Frontera », sous le ciel.

[Note modifiée le 26 juin : j'ai enlevé le mp3, primo parce que si je le laisse trop longtemps, je crains de « violer » les droits d'auteurs, l'idée d'hier était juste de partager un petit bout des sons que j'aime avec les lecteurs de mon journal... et secundo parce que la balise <embed> est pourrie et pas valide et que je n'ai pas encore trouvé par quoi la remplacer. Alors, tant pis.]