38. le grand ménage

De Victor-Lévy Beaulieu, je lis le magnifique et surprenant Docteur Ferron [tome 37 des Oeuvres complètes, éditions Trois-Pistoles, 2001]

Je grand ménage. Commencer par vider et laver les grande armoires blanches de ma chambre. Puis trier jeter donner ranger les vêtements maquillage parfums lingerie vieux souliers babioles pour les cheveux et bijoux produits de beauté et de pharmacie, remèdes crèmes et onguents périmés. Et la bibliothèque en bois de pin : la vider de ses livres et la démonter pour faire réparer les fissures des murs et repeindre [peintre et plâtrier commencent les travaux le 8 avril], classer livres et documentation articles et papiers factures et vieilles notes de cours. Ouvrir et faire un tri dans les boîtes à souvenirs et photos et celles des jouets et dessins des enfants devenus si grands trop vite même des vêtement qu'ils n'ont pas emportés. Nettoyer aussi les fréquentations et relations, amitiés amours et amourettes. Répertorier les projets d'écriture sur papier carnets manuscrits dossiers, revisiter mes lectures livres non terminés journaux et revues empilés partout et même sur le web, le peu qui me reste, ne conserver que l'essentiel le bon à caresser et à rêver. Restreindre encore plus le temps que je passe en ligne pour y lire écrire - nettoyer à grande eau désillusions et désenchantements des relations avortées nouées via l'Internet éloigner les faux personnages et hypocrites cachoteries rapports artificiels vitrine des blogs et petites gamiques singeries et putasseries, polémiques et débats bidons à la mode dans ce qu'ils ont nommé blogosphère espace vide et creux basé sur les apparences, communautés de petites cliques et clans clinquants politicailleux et soporifiques. Peaufiner ma liberté au grand jour, pratiquer l'éviction des fidèles fervents croyants ne jurant que par cette nouvelle religion de l'écran. Ce journal n'a jamais été autant « visité » et ça donne un peu le vertige. J'aime remercier de tout mon coeur les quelques lecteurs fidèles et attachés qui n'ont rien à voir avec la blogomachine qui bouffe tout. J'éprouve de moins en moins d'intérêts à écrire pour l'Internet, j'ai envie de me consacrer entièrement à la création d'ouvrages sur papier. Quand donc passerai-je à l'acte ? Quand j'aurai fini le grand ménage du printemps et les rénovations de la maison ?