292. prière à moi-même pour que vive ce journal. amen

p.jpglus que huit pages et j'aurai fini ce cahier et je compte les heures et je saute des jours et des semaines presque et je boycotte carrément et voilà c'est signe que je devrais arrêter tout de suite parce que j'ai plus du tout envie d'écrire dans Voyelle. 

e.jpgt j'aurai besoin de temps pour patenter cette machine à journal où personne ne mettra ou n'aura mis ses grosses pattes. Quelqu'un sait comment il se fait que je me suis donné toutes ces contraintes et je le fais tout le temps c'est pas nouveau et ça me tue ça me paralyse quand je m'impose des bidules et des règles inutiles bref pourquoi attendre à la page 300. Pour rien. C'est décidé, je prends le taureau par les cornes et j'arrête Voyelle. C'est fini. mais pourquoi ce stupide objectif de trois cents pages me direz-vous. 

a.jpgucune idée. Yo no se. Sauf que je le sais trop bien et c'est ça le pire et ce qui fait que je me suis retrouvée ces derniers temps avec le plus envie, plus besoin, plus le moindre désir de continuer et je sais LA raison : je veux à tout prix me fabriquer un autre nouveau cahier tout neuf en php et je ne veux plus me servir des éditeurs de blog parce que ça m'oblige à les défaire pour n'en garder que la petite coquille qui archive et des machins comme le rss et encore ce n'est pas comme je veux ça ne fait pas ce que je veux et je perds un temps fou à rebidouiller les feuilles de style et tutti quanti alors autant mettre le temps qu'il faut et bâtir une fois pour toutes un outil sur mesure selon mes propres nécessités et je sais ça va pas être facile. 

c.jpg'est vraiment et irrémédiablement fini et je vous reviendrai très bientôt je le souhaite avec mon cinquième cahier et son contenu de vrai journal intime, pas un blog pour parler des autres blogs qui parlent des autres blogs, pas un journal d'une fille qui écrit qu'elle écrit sur qu'elle a écrit non plus, quoi qu'il en soit tout du neuf renouvelé repensé mûri amélioré et d'ici le retour en ligne de mes billets du jour, je resterai en contact avec vous très chères lectrices et lecteurs et vous tiendrai au courant de mes pérégrinations de geek improvisée sur mon blog : Marginalia où je pourrai vous parler abondamment de l'avancement des travaux pour la construction du journal et vous dire du bien et du mal des autres blogs si je veux et j'y mettrai des tas de liens et de la pub pourquoi pas et une patente Donate [petit cochon rose ou une boutique avec des t-shirt et des tasses avec mon portrait, arf] pour solliciter vos dons parce que je ne vis pas moi non plus d'amour et d'eau fraîche alors autant arracher quelques sous à cette folle plume n'est-il pas et et et j'oserai même, si j'osais, y installer un bidule à commentaires why not autant utiliser toutes les resources du web tant qu'à y être on verra bien si je peux supporter les échanges avec le merveilleux monde de la jungle incluant les propos anonymes plurinonymes hilarants gentils bégayants courtisans ou grinçants ça prend de tout pour faire de la bonne soupe chaude au pire je taillerai dans le gras et la dificulté majeure c'est peut-être d'endurer le grand silence du no comment de toutes façons ça doit être diablement formateur quand on tient le coup et qu'on laisse le bidule ouvert tout le temps alors je supporterai mon père je supporterai promis juré et aussi d'ici le Vol. 5 je continuerai à me laisser courtiser par la muse Poésie dans les Carnets d'Hiver.

e.jpgn conséquence, la page 292 était la dernière page de Voyelle mais pas la dernière de ce Journal. Que voilà une bonne chose de faite. Merci de vos nombreux commentaires et encouragements et sachez que si je ne réponds pas toujours à vos e-mails, c'est la faute à la muse. Vous croyez que je devrais la jeter à la poubelle elle aussi ? Tiens, je vais demander un vote sur Marginalia. Mais pas tout de suite parce que c'est dimanche midi le ciel est bleu et je vais aller jouer dehors un peu – en faisant mentalement des grimaces à la page 300 que je n'écrirai jamais, nananère.

[a.jpgmen ?]