287. so long

Drôle de matin encore une fois trop sage et discipliné, encombré de bouleversantes découvertes issues de mes vagabondes et gourmandes lectures que je n'ai pas le temps ni l'énergie de vous raconter, et aussi de quelques pages d'écritures arrachées au sommeil, encerclées par les vrilles noires de remembrances pour le moins inattendues.

Les pages que je noircis ces jours-ci blanchiront au soleil de mes derniers jours d'automne et s'illumineront au clair de lune d'un commencement d'hiver aux parfums de printemps.

Continuer et me débarrasser des impuretés, des parasites, des limaces et des scories. Inutiles et polluants. Sans colère, et sans me fatiguer, je ne tolérerai, ne ferai vivre, ni n'encouragerai la prolifération de ce que je ne supporte pas. Pour cela, rester fidèle à moi-même, pour commencer.

Il me reste cependant le grand et néanmoins formidable plaisir de regarder les couchers de soleils noirs à la fin du jour.

Les feuilles des arbres s'empileront sur le sol dans le plus grand désordre, je ne sais même pas si je serai là demain pour assister muette au spectacle de la neige qui cherchera à s'installer par-dessus. Et vous ?