277. à mots découverts, encore

Ils ont encore changé l'heure et je l'ai su tard le lendemain matin. Ça m'apprendra à ne pas ouvrir la radio, et encore moins la télé durant toute une semaine. C'est grâce au portable que j'ai pris conscience – ô épiphanie, quand tu nous tiens – de l'heure en trop sur toutes les horloges et pendules de la maison. Ça veut dire que je gagne une heure ? Alléluia. Je la prends, merci. J'ai tellement de choses à faire aujourd'hui, ce temps béni sera bien rempli. À commencer par refaire du café. Et écrire une petite page de journal anti-allusive*. Voire même faire une photo de tous les tics-tacs de la maison pour honorer l'événement. Autrement, je n'aurais pas eu le temps. Mais ne pas se réjouir trop vite : cette heure qu'ils me donnent aujourd'hui, ils viendront encore me la voler au printemps. Aucun respect pour le temps qui passe, l'homme [et sa fiancée] ne cessent de jouer avec. Avance. Recule. Tic. Tac. Boum.

_________________
* Anti-allusive. Adj. À mots découverts. Genèse : en cherchant dans le dico s'il fallait mettre ou non un tréma sur le i de alleluïa, j'ai découvert qu'il lui fallait un accent aigu et pas de tréma. Et passant, j'ai entrevu le mot allusif ** que j'ai trouvé très beau avec sa courte et percutante définition. Surtout son contraire, en creux. Fascinée par cette révélation, j'ai décidé sur le champ de le caser quelque part, quitte à rallonger une phrase, à l'ornementer un peu.

** Allusif. Adj. À mots couverts [Le Robert]. Anti-allusif. Ébauche d'une future définition à noter dans le « Lexique », ou dans mon « Hygiène du journal online » où l'allusif mène une lutte serrée à l'anti-allusif. Et vice-versa. La bataille des mots découverts contre les mots couverts.