222. acte manqué

Ai-je pensé à vous raconter que j'ai mis la main sur les Mémoires intimes de Simenon, suivis du livre de Marie-Jo, oui ou non. J'ai dû oublier. C'était à la petite librairie de VLB, à Trois-Pistoles, un bel après-midi de juillet, pendant mes vacances. Ce soir j'ai pris le gros livre et je l'ai mis dans mon vieux sac en cuir rouge avec du papier, un carnet, et des crayons, et mes lunettes, et je me suis dit j'espère que je n'ai pas oublié mes clés, j'ai vérifié deux fois et elles étaient bien là et donc je suis sortie pour aller dîner toute seule tranquille dans un petit restaurant du Mile-End. J'ai marché, et j'avais très chaud – c'était juste avant la grosse pluie – et en arrivant devant la porte du restaurant, la main sur la poignée, je me suis souvenue que je n'avais pas pris le porte-monnaie avec l'argent dedans. Pas d'argent, pas de dîner. Ce qui fait que, une fois revenue à la maison, et trop paresseuse pour retourner là-bas, j'ai fait réchauffer un couscous aux légumes. Et j'ai commencé mon gros livre en mangeant, le coeur à l'envers comme un petit bateau échoué sur les deux premières lignes du chapitre 1 :

        Ma toute petite fille,
    Je sais que tu es morte et pourtant ce n'est pas la première fois que je t'écris. [...]