210. les matinales

Une fois de plus, levée très tôt. Je dors encore dans la chambre du devant, celle de la cloche. Je me réveille avant de l'entendre sonner. Merveille. En fait je me lève plus facilement le matin quand je suis en vacances. C'est fou ce que j'ai d'énergies à l'heure des poules, et j'en profite. Si je devais aller bosser, je ne voudrais pas me lever, le travail imposé me pue au nez. J'y retournerai néanmoins le 13 au matin. J'ai bien bidouillé ma feuille de style, reformaté juste pour le fun mon bidule à commentaires, des fois que je changerais d'opinion sur la question. Lire en silence n'a jamais fait de mal à personne. J'aime le silence. J'aime aussi avoir du feed-back de temps en temps, discuter. De quoi ? Chez-moi, c'est libre et comme vous voulez. Vous mettez vos commentaires dans un email et vous postez, l'adresse est en bas de page. Quoi qu'il en soit, j'avais commencé un texte sur un tout autre sujet, et je me suis endormie, et donc j'ai fait une longue sieste. Je l'ai mis de côté. Le texte. La journée n'est pas finie, j'ai des fraises à cueillir, des chats à nourrir. Et puis j'ai faim. Et il me reste encore à fabriquer une belle image pour le haut de la page.