202. départs

10 heures du matin, derniers préparatifs. Premières heures de mes vacances. Je plie bagage, mets de l'ordre avant de partir, choisis les livres et cd à mettre dans la valise avec les quelques vêtements que j'estime essentiels. Toujours trop. Je n'abandonne pas la maison. La jeune femme douce qui l'habitera pendant mon absence saura en prendre soin mieux que moi. Aucun doute là-dessus. Une fois là-bas, ce soir, je ferai la liste des livres et des pièces musicales qui accompagneront mes journées de repos et d'écriture dans la maison rouge. D. est rentré chez lui, rue de la Commune. J'ai besoin de passer du temps seule. J'attends que la sécheuse ait fini de tourner, j'enfile le pantalon qui sera sec et chaud, je descends les babages et je pars. Bonnes vacances, madame Strohem.

pencil-line.gif

11 heures du soir. Dîné d'un antipasto et d'une excellente entrecôte dans un petit bistro fort animé avec Ilse. Au retour, pris le temps sortir et de noter les livres de mes vacances, empilés n'importe comment sur le grand bureau recouvert d'un voilage violet. Derrière la fenêtre, je devine le fleuve. Les chats grandissent vite. J'ai commencé une aquarelle, le dessin d'un petit frêne, inspirée par celui d'Egon Schiele. À lire ou relire dans les prochaines semaines : Jacques Lacoursière : Histoire populaire du Québec. Des origines à 1791, Michel Onfray : Le désir d'être un volcan. Journal hédoniste, Henri David Thoreau : Journal, Ovide : L'art d'aimer, Emmanuel Lévinas : La mort et le temps, Pascal Quignard : Le sexe et l'effroi, Georges Bataille : La littérature et le mal, Virginia Woolf : La mort de la phalène, Goethe : Les souffrances du jeune Werther, Jack Kerouac : Book of haikus, Rainer-Maria Rilke : Lettres à un jeune poète, D.H. Lawrence : L'amour, le sexe, les hommes et les femmes, Paul Pouliot : Votre potager, Mark Z. Danielewski : La maison des feuilles.