158. la maison du fleuve

De Albert Camus, extrait de ses « Notes et plans » pour Le premier homme :

Commencer la dernière partie par cette image :
l'âne aveugle qui patiemment pendant des années tourne autour de la noria, endurant les coups, la nature féroce, le soleil, les mouches, endurant encore, et de cette lente avancée en rond, apparemment stérile, monotone, douloureuse, les eaux jaillissent inlassablement...

J'ai remis dans mon sac les deux cahiers, le bleu et le noir, mes vêtements les chauds et les autres, le sac de cuir rouge clair contenant mes articles de toilette le rouge à lèvres, les parfums et la poudre, des crèmes douces et des brosses petites et grandes, rondes et longues, des pinces et des peignes, du savon qui sent bon, une chemise de nuit, et des plumes, des crayons hb, des craies pour dessiner et du papier doux, du fusain et des pinceaux avec des couleurs, les livres pêle-mêle, et la petite valise avec l'ordinateur et les fils pour brancher, et des hibiscus. Je suis rentrée par la route 132, passée au milieu des villages et des fermes, il y avait déjà des vaches dehors et j'ai vu des oies blanches plein le ciel, à partir de Saint-Jean Port-Joli il y en avait partout posées dans les champs et sur les berges, comme des flocons bourgeonnants qui jappaient en s'envolant et retombaient en vols piqués, planés, et une ancienne maison de pierres énorme aux fenêtres peintes en blanc et des volets blancs aussi avec une grande enseigne à vendre placardée devant et un arbre très vieux géant dans la cour en arrière et un jardin et des remises, et même une grange, la maison était au bord du fleuve, en retrait, comme une cachette qui m'aurait attendue longtemps et pour qui j'aurais eu tout de suite le coup de foudre, j'aurais pu rêver de m'y installer pour vivre là-bas avec tous les livres et faire des projets inviter des tas de gens intéressants, des enfants, en faire un refuge, un centre d'arts, un endroit pour venir du monde entier s'y reposer et créer. J'ai noté le numéro, et au retour j'ai téléphoné : 475,000 $ [crisse !]. Ce soir je regarde Frida.