77. guillotine

kafka.jpg

A belief is like a guillotine
just as heavy, just as light.

Daniel Hornek m'écrit et demande si j'accepte qu'il mette un lien vers mon journal sur son site. Cela ne se refuse pas. Mon seul mérite est d'aimer K. et tout ce qu'il a écrit. K. m'a touchée dès que j'ai lu les premières lignes de son premier livre. J'aimerais avoir vécu au temps de Milená Jesenská. Je rêve que j'aurais pu être juive et qu'ils m'auraient exterminée moi aussi comme une vulgaire vermine. Depuis que j'ai mis les pieds chez Daniel, je n'arrive pas à repartir, à me décoller de cet univers. Je m'incruste. Je déguste et j'apprécie. Il y a cette musique envoûtante, triste et apaisante, et puis toutes les photos d'époque, de famille, une grand mère qui ressemble à des vieilles images sépia de l'album photo de mon père, des extraits de textes choisis, des liens qui mènent vers des lectures précieuses. Aujourd'hui je découvre Daniel Hornek et son Franz Kafka. Vous savez pourquoi j'aime tant K. ? C'est à cause de la peur. Et c'est parce qu'il m'a permis de comprendre que : My fear... is my substance, and probably the best part of me.