41. exotisme

Continuer l'exploration des images. Contourner les reflets et les ombres pour mieux les appréhender.

Cauchemars étranges et retour de la douleur vive à ma cheville gauche pour cette première nuit d'automne à la campagne. Le matin, au bord du lac, j'allume un gros feu pour brûler le bois et les branches mortes. Les flammes montent rouges et oranges et lancent de la fumée noire. Ça sent bon. Quelques flocons de neige me tombent sur le nez.

Illusion ou exotisme ? Dans la forêt, nous nous sentons comme protégés de toute cette bêtise qui se répand comme une épidémie. Il y pourtant un téléphone, et la connexion à l'internet qui se fait en une minute ou deux. Mais ce n'est pas pareil. La vie sauvage et l'immense beauté du monde changent la perspective. C'est ça notre mur de protection. Et j'ai encore beaucoup de branches à brûler.

Je vis l'amour et l'exotisme dans les sensations : odeurs, couleurs, saveurs et vous toucher encore. Vous respirer. Vous lire jusqu'à me remplir le coeur de frissons.

Comme vous l'aurez deviné, pour écrire l'amour, il faut pouvoir le faire. Souvent. Et longtemps. J'espère ne plus jamais avoir à choisir entre les deux.