298. le jour où Jane se retrouva [sic] en panne de souris chez les BAZOP

Faut-il ou ne faut-il pas se battre avec une souris ? C'est la question de mon petit quiZZ du jour. Quoi qu'il en soit, ça ne m'a pas porté bonheur d'ironiser hier sur la quiZZomanie ambiante dans le merveilleux monde des BAZOP [Blogueurs Anonymes Z'anonymes Ou Pas]. J'ai un problème d'ordinateurs. Nature du problème, docteur ? Virus. Ou quelque sale infection microbienne.

Ça a commencé hier soir et avant hier et caetera avec mon autre ordi, celui qui bouge pas. Il est branché en réseau avec celui-ci [quand je suis connectée] et je ne l'utilise pratiquement plus jamais sauf pour télécharger des trucs introuvables ailleurs avec Kazaa et le reste du temps, c'est YMMF [Young Man Mon Fils] qui s'en sert et Judith [ma grande amie de toujours - ma cafteuse, la seule personne au monde à qui je cafte l'intégralité de ma vie] aussi, quand elle habite ici lorsque je m'absente [ou pas]. Donc, hier matin, la souris de l'autre ordi est devenue folle et il y avait un bogue avec l'antivirus et comme je soupçonnais la plus belle infection virale du siècle, j'ai désactivé le machin de restauration et puis ne doutant de rien sauf de moi-même, j'ai tout éteint. Quand j'ai rallumé la machine, elle était morte. Il n'y avait plus que l'écran noir avec la petite phrase sinistre que j'ai déjà vue avant sur l'autre dino : no disk error ou quelque chose comme ça. Grrr.

J'ai dû passer des heures à tout réinstaller, presque toute la journée. Mais bof, c'est pas grave, je suis encore en vacances. Avec le System recovery, ça marche bien. Une vraie cure miracle, mais qui demande beaucoup d'attention. Ce soir, le vieil ordi roule comme un neuf [pas si vieux que ça...] Mais bon.

Et qu'est-ce qui se passe maintenant ? J'ouvre le portable et j'ai des problèmes de souris. Elle devient pas folle comme l'autre à cliquer partout, non, elle fige celle-là. Et alors je dois la débrancher et la rebrancher. Même le petit machin, un carré noir doux comme une peau de soie, cette petite membrane que je caresse d'un doigt et qui agit comme une souris sur ce portable fige sans arrêt lui aussi. Je passe l'antivirus, je redémarre, c'est bon pour 20 minutes et puis on remet ça. Je sais plus quoi faire.

Tout ça pour vous faire, chers LZL [Lectrices Zé Lecteurs] ce surprenant aveu qui ne surprendra personne, l'aveu donc, que je n'écrirai pas de page de journal aujourd'hui. Je voulais juste vous le laisser savoir. Et pour terminer, je vais quand même essayer de vous coller une petite image. Pour le plaisir de me battre encore un peu avec cette souris.

« Y'en aura pas de facile », comme le disent si bien nos valeureux sportifs lors d'un mémorable match de hockey du siècle - assis devant leur télé - en sirotant une grosse bière.