284. bed in

Je me sens encore fatiguée ce soir, avec une grosse journée de travail dans le corps. L'estomac un peu dérangé depuis quelques jours que je fais la fête. Décidé de rester sagement à la maison à me reposer et faire des trucs qu'on ne peut faire que quand on est tout seul.

J'ai installé le portable dans mon lit, sur un petit coussin spécial (une planche mince et rigide avec par en-dessous un sac de fêves en biseau) posé sur les jambes, et que j'utilisais auparavant pour écrire et ça supporte très bien l'ordi que j'ai connecté sur le modem téléphonique.

Par contre, les pages mettent un temps fou à s'afficher, et envoyer un mail prend plus de temps aussi, et ça me rappelle le bon vieux temps. Je devrais faire cela plus souvent, mais je ne sais pas pourquoi je travaille presque toujours assise à mon bureau, c'est comme un rituel. Et quand je déplace l'ordi, j'ai souvent ce désir d'écrire dans le journal l'endroit où je suis, comme si cela avait la moindre utilité.

J'ai pas grand chose à écrire ce soir. Le bonheur ne m'a jamais rendue très volubile. Aujourd'hui, j'ai appris la mort d'une homme que j'aimais beaucoup. Je pense à lui. Sans tristesse, je revis des bons moments de notre amitié. J'ai allumé plein de bougies et je pense à lui. Ça sent bon ici.