283. un goût de sel et de miel

D. s'est installé chez-moi pour les deux prochaines semaines. Et je crois que vous m'entendrez encore un peu beaucoup parler de lui, et de moi avec lui. En ce moment, il est fort absorbé par la lecture de mon manuscrit, il lit Épiphanie, il lit en buvant du Muscadet et en tournant les pages lentement. Je vois bien qu'il aime ça. Et qu'il a l'air heureux, les deux pieds sur le coffre ancien qui sert de table basse, au beau milieu du salon. Quel charmant tableau. Ça fait quand même un drôle d'effet d'être celle par qui le plaisir arrive. Sur le plan littéraire, je veux dire. Et j'aime ça.

J'aime beaucoup D. Quand il est arrivé l'autre soir tard, j'ai tout simplement mis de la musique et on a dansé. Et puis on a parlé et ensuite dormi. J'aime bien le décalage horaire : c'est une bonne excuse pour passer beaucoup de temps au lit.

Il est très bon ce vin. Comme un goût de sel et de miel. Et en même temps de fruits acidulés qui auraient macéré longtemps dans l'alcool sucré. Ça donne faim.