245. passage

Même pas lu les journaux ce week-end. Pas le temps. Qu'est-ce que j'ai fait ? Bien des choses indispensables. Cuisiné, pris soin des plantes. Flâné. Et puis beaucoup écrit depuis mardi dernier. Presque pas fait d'exercices, sauf marcher. Travaillé, pas le choix. Vu personne. Lu. Pris des notes. Réfléchi. Attachée à mon clavier, rivée à l'écran lumineux, j'en avais les yeux fous et les oreilles bourdonnantes ; j'ai vu les lignes valser, tournoyer et j'ai coupé, élagué, dégraissé, extrait l'essentiel et jeté le reste à la poubelle. En fin de compte, je n'ai fait que ça écrire, jour et nuit [almost]. Six jours enfermée avec des mots. Et j'ai pas fini. Par choix.