238. en pyjama

ecrire1.JPG

Bientôt 22 heures. Je croyais qu'avec mon nouvel horaire de travail je serais moins disponible pour tout le reste incluant ce journal et l'autre qui pousse à côté. Et c'est tout le contraire. Depuis dimanche, je me couche plus tôt et donc je me réveille avec deux heures d'avance et vite j'installe le portable sur la table de la cuisine, je fais le café, et puis je commence tout de suite à écrire, en pyjama. Quand le café est prêt, je prends une petite pause pour faire chauffer le lait, faire des tartines et je me remets au travail en mangeant et en dégustant le café au lait mousseux très fort et sucré sans quoi cette vie ne serait sans doute pas ce qu'elle est : j'écris rue Hutchison [que j'en pogne pas un à me voler mon titre], ce livre que j'aurai peut-être fini d'écrire avant que l'autre, mon Épiphanie, ne soit publié. Au rythme de une à deux pages par jour, j'avance lentement. Et surtout en paix. Et quand arrive le soir, quand je rentre, même s'il est tard et qu'il fait nuit noire, je passe une heure dans le bain et je butine dans Love and Writing Project. Ou ailleurs.