224. sans titre

Love and Writing Project aura bientôt un an alors je devrai, tel que prévu au départ, le terminer pour continuer avec autre chose. Je ne sais pas quand je ferai ce changement, mais ça s'en vient. Peut-être quand j'arriverai à son anniversaire d'un an. J'hésite entre écrire le point final après une année d'écriture, ou sur la page 300. Et puis j'ai de plus en plus envie d'un titre en français.

Et il y a la question du sujet. J'aurais beau écrire toute ma vie sur le sujet « Love », je n'en ferais jamais le tour. Alors autant ne pas trop insister. Ça commence à être un peu redondant cette histoire d'amour ; et quant au « Writing », surtout depuis que j'ai déposé le manuscrit d'Épiphanie, il n'en est plus beaucoup question ici. Et puis Karl l'a très bien dit dans son journal : L'amour, c'est l'art d'être libre.

C'est bien pour ça que je ne m'enferme pas trop longtemps dans le même journal. Libre dans la vie, libre dans l'écrit. Sur le web, j'aime mieux fermer un « volume » quand il est plein et en ouvrir un autre. C'est comme dans mes carnets en papier : un jour, quand j'arrive à la dernière page il faut bien que je le referme et que j'en ouvre un autre. 

Donc, je prépare la prochaine édition du Journal de Script, la suite, quelque chose de nouveau avec un autre titre, mais je conserve mon nom, la même identité d'auteure. Pas envie de changer cela. Changer de cahier, ce n'est pas une rupture mais une continuité. Et maintenant, la question qui se pose est la suivante : quel titre vais-je lui donner ?