182. désir-cheval

      Le désir choisit des objets par l'intermédiaire d'un modèle ; il est désir selon l'autre, identique pourtant à la soif furieuse de tout ramener à soi. Le désir est déchiré dès son principe entre le soi et un autre qui paraît toujours plus souverain, plus autonome que le soi. C'est là le paradoxe de l'orgueil, identique à ce désir, et son échec inévitable. Le modèle désire le désirable en le désirant lui-même. Le désir est toujours mimétisme d'un autre désir, désir du même objet, donc, et source inépuisable de conflits et de rivalités. Plus le modèle se transforme en obstacle, plus le désir tend à transformer les obstacles en modèles. [René GIRARD : Critiques dans un souterrain]

chaussures_karl

Quelques jours de congé c'est bon. Des problèmes avec Les carnets rouges : si je ne trouve pas de solution à ce problème d'hébergement payant que je ne peux plus payer tout cela va disparaître à minuit ce soir à moins qu'ils ne donnent des sursis chez avantage.com comme dans les prisons. C'est dur à balancer comme ça mais c'est la triste réalité show : le site disparaîtra si je ne trouve pas un hébergeur gratuit [ça fait plus d'une semaine que je fouille le web sans succès] ou un riche mécène qui a envie de payer la facture de 120 US dolls par année. Au moins Emma est à l'abri, on a réussi à lui trouver de la place sur free.fr, alors son adresse sera : http://emmareva.free.fr. Fiouuu! on a sauvé Emma. Mais pour les autres je ne sais pas quoi faire, pour les auteurs comme Alice et Concerto et Rouge et les autres je n'ai pas de solution et puis les auteurs des Journaux mes complices, ça me fait mal que ça finisse et j'ai même pas eu la force de leur écrire pour leur en parler je le fais ici en ligne et c'est parfaitement minable de faire les choses comme ça. Je sais, je suis lâche pour ce genre de choses qui touchent à l'argent : si j'en ai plein je donne tout et si j'en ai plus, je dis rien à personne. Je trouverai bien une solution, qu'on me donne au moins encore quelques jours et je trouverai. Mais je ne peux pas mettre les Carnets sur Free aussi parce que avec le nom de domaine ce n'est pas possible et je peux le garder il est payé pour deux ans au moins ça je peux le garder. Ce que je veux dire c'est que c'est un jour triste pour les Carnets rouges mais que j'espère encore trouver une solution et je ne peux pas en parler pour pas faire de pression sur la personne qui va peut-être m'aider mais de son côté à elle j'ai encore de l'espoir alors tout n'est pas perdu. Sinon quoi ? Sinon je vais quand même pas me mettre à vendre du chocolat comme les enfants d'école pour me financer. Ni me prostituer virtuellement ou autrement. Je pourrais toujours écrire des textes érotiques dits porno soft ou hard [arf, ces mots sont fous] comme ils disent mais bon, c'est pas tellement ma tasse de thé littéraire. L'érotisme, je le rêve et je le vis, donc, je ne l'écris pas je ne peux pas, je sais pas c'est trop compliqué je le sens trop et j'ai pas de mots pour ça tant mieux pour ceux qui ont ce talent grand bien leur fasse comme on dit. Quoi qu'il en soit on a beau être en Amérique, il y aura toujours des créateurs qui refuseront de se laisser acheter par l'argent ou par la pornographie [y esso es lo mismo] et d'autres pas et c'est partout pareil dans le monde mais pire de ce côté-ci de l'Atlantique. Non ? OK, j'ai rien dit.