107. encore des livres

La bonne nouvelle du jour ? Mon hibiscus qui était tout seul dans la petite chambre depuis la fin de l'été a fleuri pour la première fois de la saison : une immense fleur rose, double. Et superbe. Faudrait que je ressorte la web cam pour capturer quelques images avant qu'il ne soit trop tard, les fleurs de l'hibiscus ne vivent pas longtemps.

Lumineux samedi qui s'enfuit trop vite. J'ai passé la matinée à bouquiner dans les librairies d'occasion. Rapporté mes trésors en les serrant dans mes bras. Je fais la liste ? OK. J'en ai pris quatre, des beaux, ça compensera pour les quatre en moins, ceux que j'ai vendus l'autre fois. Ceux-ci, je sais que je vais les garder toujours, ce sont des vieux bouquins usés [mais pas barbouillés] avec de belles reliures, sauf le Carroll.

  • Diderot, Oeuvres romanesques, Édition illustrée avec d'innombrables Notes à la fin, Éditions Garnier Frères, 1962.
  • Vie et Opinions de Tristram Shandy Gentilhomme, Laurence Sterne, trad. par Charles Mauron, Éditions Robert Laffont, 1946.
  • Les Arts du Crayon et du Pinceau, série in-4° Album, par Mmes Bournand et de Grand'Maison, avec dix-huit gravures et planches, Maison Eugène Ardant et Cie, Limoges, 1928.
  • Tout Alice, Lewis Carroll, Trad. par Henri Parisot, GF Flammarion, 1979.

Je viens de me lever d'une longue et bienfaisante sieste. La radio joue Le dialogue des Carmélites. J'en suis au deuxième acte. Je bois du thé. Et j'avance bien dans le Journal de Kafka.

Et maintenant ? Vite, croquer les hibiscus avant qu'il fasse noir.

* * * * * * *

16 heures 27, et quelques images de la webcam pour garder une trace de mon hibiscus rose

hibiscus.jpg hibiscus1.jpg hibiscus2.jpg hibiscus3.jpg

Je ne saurai jamais pourquoi cette plante n'a pas fleuri de l'été. Les bourgeons poussaient et ils tombaient avant d'ouvrir. Avortement ? Ça mérite une petite recherche sur Google.

* * * * * * *

21:03

Pas eu le temps de fouiller Google. Les conversations de la journée ont tourné autour de cette fleur. J'ai appris que les plantes sont très mystérieuses, et qu'elles ne fleurissent jamais exactement au même moment.

M. dit que une année tu as une fleur jaune et une bleue ensemble, magnifiques, et l'année suivante les mêmes plantes à la même place fleurissent décalées. Elle dit aussi que l'homme veut contrôler mais qu'il n'y arrive pas, pas vraiment. Heureusement. Et toujours selon M., l'hibiscus est magnifique et avoir cela quand c'est bientôt l'hiver, c'est du bonheur.

Dans un coup de téléphone vers 5 heures, A. m'apprend que l'hibiscus à fleurs doubles est très fragile et qu'il n'a peut-être pas bien supporté les écarts de températures de l'extérieur avec le vent et les grosses chaleurs et tout [bref, l'environnement/climat de ma petite terrasse]. Elle dit de garder la plante à l'intérieur l'été prochain en me souhaitant bonne chance avec la mélodie du bonheur. J'aime bien son humour.

Quoi qu'il en soit, mes images sont un peu ratées : la fleur est moins rose et mes murs sont blancs. Aurais-je pu obtenir une meilleure qualité d'image avec le petit oeil de cette caméra ? Ou encore en retravaillant les clichés avec Paint Shop ? Pas envie de faire des retouches maintenant, Kafka m'attend pour finir la soirée.

Dernier mot : Emma désirait secrètement être une fleur bleue dans mon jardin de liens, et je lui avais donné une fleur rouge, le papaver rhoeas ! C'est arrangé, elle a maintenant deux fleurs, une rouge et une bleue. Logique. J'aime bien l'idée que le coquelicot se ressème tout seul. Si c'est comme ça, on va vivre vielles ma chère Emma, très très vieilles et pas malades Sir ? Yes Sir !