87. à fleur de peau

* Dormir. Rêver. Manger des tartines. Boire du café. Écrire un peu dans ce cahier. Tremper dans mon bain de mousse aux essences de romarin en lisant La vie sexuelle de C.M.. Marcher dehors. Rêver. Boire du vin rouge. Manger du poulet. Et des abricots. Travailler une heure sur la révision d'Épiphanie. Boire du thé Dayat. Manger des crackers salés avec beaucoup du beurre dessus. Bannir toute visite/rencontre avant lundi prochain dix-huit heures*. Vivre sauvagement centrée sur l'essentiel. Les romans ne se construisent pas en faisant la conversation. Puis recommencer de * à * dans l'ordre et dans le désordre ad nauseam.

C'est comme ça que j'avance à pas de géante [nu-pieds] - depuis vendredi soir - dans Épiphanie. C'est beau, la vie, quand ça veut être beau.

Ah, et puis je peux pas faire autrement. Je cite Millet :


Rien ne m'encourage plus que de m'entendre dire que je suis « la meilleure des suceuses ». Mieux : quand, dans la perspective de ce livre, j'interroge un ami vingt-cinq ans après avoir cessé toute relation sexuelle avec lui, et que je m'entends dire qu'il n'a depuis «jamais rencontré une autre fille qui faisait aussi bien les pipes», je baisse les yeux, d'une certaine façon par pudeur, mais aussi pour couver ma fierté. Ce n'est pas que j'aie été privée d'autres gratifications dans ma vie personnelle ou dans ma vie professionnelle, mais, à ce qu'il me semble, il y aurait un équilibre à maintenir entre l'acquisition des qualités morales et intellectuelles qui attirent l'estime des semblables, et une excellence proportionnelle dans des pratiques qui font fi de ces qualités, qui les balaient, les nient.

J'ai pas encore tout lu. Juste picoré un peu partout dedans. Suffisamment pour dire que j'adore ce livre. J'en reparlerai. Faut d'abord que je finisse de le lire. Et puis aussi que je termine Épiphanie au plus vite, que je dorme, que je mange, que j'aille un peu dehors, que je boive du vin rouge. Et du thé Dayat. Puis que je recommence *.*.

Et après, lundi après dix-huit heures, que je parle avec des vraies personnes en chair et en os. Oublié de dire que j'écoute aussi de la musique en même temps. J'écoute quoi ? Ah...je peux quand même pas tout vous dire.