141. épilogue/prologue

24 juin 2002,

rosa_eglanteria.jpg

Je me doutais bien que je ne pourrais pas rester longtemps loin de ce journal. Pourtant, je n'ai pas regretté un seul instant d'avoir écrit le mot FIN au Journal de Script le 12 juin 2002.

Cette partie de mon journal personnel et de ma vie est bel et bien terminée. Une page importante est tournée. Je craignais de manquer de temps pour écrire mon roman. Et puis avec certains choix difficiles que j'ai dû faire, et que j'assume, je me suis retrouvée avec plein de temps pour le roman et le soleil et pour vivre un peu. Vivre.

J'ai eu besoin de bousculer l'ordre et la course du temps pour prendre soin de moi et pour refermer cet épisode important d'un gros cahier journal : j'avais besoin de cette solution de continuité dans le flot de toutes les pages de vie et d'écriture qui se sont empilées ici. Je ne tourne cependant pas le dos à ce passé si récent. J'avance.

Et si j'avance, je ne repars pas pour autant à zéro. Je choisis de tout garder, de ne pas faire de coupure prolongée, et je ne recommence pas non plus sous une autre identité. Je suis Script, je suis Annie. C'est moi. Et ceux qui ne m'apprécient pas ne sont pas obligés de lire mon journal ni de vivre avec moi. Voilà.

Donc, je n'ai jamais vraiment arrêté le journal. Ce n'est un secret pour personne que j'écris un journal papier et plusieurs carnets depuis mon enfance, alors mes habitudes d'écriture se propagent de toutes les façons, tant et si bien qu'elle contaminent maintenant mon ordinateur [qui est aussi contaminé par les dizaines de virus que je reçois quotidiennement - c'est trop de gentillesse de m'envoyer tout ça, si si], bref, je continue. J'avance.

Alors il y a quelques jours, j'ai commencé tranquillement à fabriquer de nouvelles pages, un concept très simple avec quelques nouvelles idées. Ce n'est pas encore tout à fait terminé, mais j'aime bien le nouveau cadre, toujours sur fond blanc, avec des fleurs, il va sans dire.

Ainsi, je vous présentais aujourd'hui, avec l'épilogue de ce journal, le prologue de mon nouveau projet de journal online qui se continue ailleurs, à une nouvelle adresse.

C'était mon petit cadeau de la Saint-Jean-Baptiste, ma façon à moi de remercier chacun des lecteurs qui lit religieusement [ou autrement] mes élucubrations quotidiennes.