Vol.1 : Entrée libre,,, le journal d'Ariane Fabre

mardi 3 octobre 2000

à 9h30, un mardi matin

Enfin ! Il fait gris, je planterai les bulbes de tulipes tout à l'heure, juste avant la pluie. Mardi matin, neuf heures et demi. Je suis très contente de ma journée d'hier. J'ai réussi à m'extraire de l'écriture du journal pour réviser les 25 premières pages de mon manuscrit. Et après cette note, je  […]

Lire la suite


mercredi 4 octobre 2000

vers les vieux pays

Hier, des oiseaux migrateurs ont survolé Montréal. Ils sont en route vers les régions chaudes du sud. Qui sont-ils ? Oies sauvages, canards ou simples fauvettes ? Je ne sais pas. Je les ai vus parce que je niche moi-même tout près du ciel, au troisième étage d'un triplex construit en 1912, c'est  […]

Lire la suite


jeudi 5 octobre 2000

grosse journée

08h30 : Aujourd'hui, grosse journée en perspective. Celle d'hier fût glorieuse pour le travail d'écriture. Je creuse davantage dans mes obsessions et ça prend forme, toujours les mêmes 58 premières pages donc, et je continue tout à l'heure. Côté coeur, c'est un peu moins glorieux. On commence à  […]

Lire la suite


vendredi 6 octobre 2000

rupture jour 1

Rupture, jour 1. Je mentirais si je disais que ça ne fait pas mal. En dedans, il y a comme un gros nuage de peine qui ne veut pas partir, mais je n'ai pas pleuré du tout, pas avant tard hier soir. Comme si j'avais mis un mur à l'intérieur et que ce mur, sur lequel je m'appuyais, me gardait debout et  […]

Lire la suite


samedi 7 octobre 2000

rupture jour 2

Rupture, jour 2. Rien à signaler. Je laisse la blessée lécher ses plaies pour retrouver un état d'apesanteur bénéfique qui me conviendra davantage en me permettant de survivre et de voir le soleil briller. Avec le temps humide d'hier après-midi, une longue promenade dans la ville a ramené à ma  […]

Lire la suite


dimanche 8 octobre 2000

rupture jour 3

Rupture, jour 3. Rien à signaler. Comme si je sécrétais un anesthésiant naturel contre la peine d'amour, substance chimique infiltrée partout dans chaque millilitre de plasma et de globulines, de globules rouges et blancs, de plaquettes et dans chaque fibrille des fibres musculaires, dans la salive  […]

Lire la suite


lundi 9 octobre 2000

rupture jour 4

Rupture, jour 4. Rien à signaler. Je préfère ne pas trop regarder à l'intérieur, de toute façon là-dedans ils peuvent bien se débrouiller sans moi un peu. Sur la terrasse qui longe le côté ouest de la maison, mes tournesols sont en train de mourir avant même d'avoir pu donner leurs graines. J'ai  […]

Lire la suite


mardi 10 octobre 2000

rupture jour 5

Rupture, jour 5. Rien à signaler. J'ai passé la matinée dans une librairie déserte à chercher je ne sais quoi et j'ai fini par trouver ce que je ne cherchais plus depuis longtemps : des vieux numéros de la Nouvelle revue de psychanalyse dont plus personne ne veut et qui feront pourtant très bien mon  […]

Lire la suite


mercredi 11 octobre 2000

rupture jour 6

Rupture, jour 6. À partir de maintenant, il n'y aura plus rien à signaler à ce sujet. Et demain qui devrait être le jour 7, je verrai que cela était bon etc, et je me reposerai. Cette rupture sera éjectée du journal et deviendra matière à quelque futur roman, une façon comme une autre de résoudre un  […]

Lire la suite


jeudi 12 octobre 2000

carpe diem

Les écureuils ont déterré et croqué toute ma plantation de tulipes. Je l'ai su car le sol est plein de trous et jonché des petites pelures jaunes comme celles des oignons qui recouvraient les bulbes. Que les petits voleurs ont abandonné sur les lieux du crime. Hier soir j'ai encore lu trop longtemps  […]

Lire la suite