Du volume 1 jusqu'à ce jour...

Vol.1 : Entrée libre,,, le journal d'Ariane Fabre (63)

titre choisi fiévreusement
pour mon premier journal on line
avec le pseudonyme « Ariane Fabre »
écrit entre le 22 septembre et le 27 décembre 2000

Fil des billets

Vol.2 : le Journal de Script (461)

18 décembre 2000, 21:00
Première entrée. J'ai tellement de choses à écrire que je ne sais pas par quel bout commencer. C'est le jour UN de ce journal - mon journal personnel - qui ne sera pas calligraphié, petit manuscrit illisible et consigné dans un cahier que je cacherai dans le tiroir du bas de mon armoire, mais dans un fichier sur le disque dur de mon ordinateur. Protégé par un mot de passe. Et publié ensuite on line, si. Si je commence aujourd'hui, c'est un peu pour marquer un tournant dans ma vie. Tourner une page. Il vaut mieux que je m'organise pour que tous les liens fonctionnent, et que me page d'écriture soit agréable à vivre, puisque j'y viendrai tous les jours. C'est comme choisir un carnet. Ou un nouveau vêtement. Allier le confort et l'esthétique, faire que l'expérience soit durable.

Ce journal ne sera pas une entreprise éphémère. Je ne suis pas une « Éphémère ». C'est quoi au juste l'éphémère ? Je sais que ça ne vit pas longtemps, mais est-ce une fleur ou un papillon ? Sortir le dictionnaire. Littré, s'il vous plaît ?

Fil des billets

Vol. 3 : Love & Writing Project (309)


Fil des billets

Vol. 4 : Voyelle (292)

Mon histoire, l'histoire de ma vie, il ne faut pas s'attendre à la trouver dans ce journal. Parce qu'elle est blanche. Blanc moi. Je respire et elle se construit, je mange, je bois et elle s'invente. L'écriture transforme, le miroir des mots déforme ma réalité, le monde, les livres, la ville, le sens, le sexe, tout le reste. Une vie n'a pas d'histoires. L'histoire de ma vie, l'histoire de ce que j'ai fait aujourd'hui, hier, l'été dernier, les dix dernières années, cela n'existe pas. Sa légende ou son roman, peut-être. De tout petits morceaux de cette vie pointent et chuchotent dans les pages d'un journal public – dit intime – qui s'écrit au jour le jour, – et qui ne prétend pas à la perfection ni à l'égalité ni à la cohérence sauf à s'y consacrer corps et âme dans une écriture sans illusions, au plus près de ce qui se passe dedans ou dehors. Sans forcer, sans insister, pour laisser glisser les mots comme des rayons de lune sur son corps nu dans les fleurs de pommiers les nuits de brume. Un peu de rêve madame Strohem ? Si señor.

Fil des billets

Vol. 5 : Palymbrosia (141)


Fil des billets

Vol. 6 : Love & Writing Project[2] (144)


Fil des billets

Vol. 7 : Rhapsodies (118)


Fil des billets

Vol. 8 : La Renouée (57)


Fil des billets

Vol.9 : [sans titre] (177)

Fil des billets

Vol. 10 : l'année du violet (74)

Fil des billets

Vol. 11 : un pied dans la fiction (34)

Fil des billets

Vol. 12 : une page par jour (46)

Parce qu'il faut bien que les écrivains écrivent. Et cultivent leur jardin...

Fil des billets

Vol.13 : Chroniques d'une rupture (11)

Fil des billets