Egon Schiele : Homme debout avec serviette rouge

Les plus rusés lecteurs auront noté le nouvel habillage de la page en l'honneur de l'été encore neuf et déjà si intense et brûlant, comme pour nous cuire à petit feu. Et pour l'espoir, je découvre le vert. Si tu savais comme je t'attends Je t'attends, je t'attends tout l'temps Quand seras-tu là ?  […]