lundi 16 juin 2003

253. jour blanc {bis}

Samedi et dimanche j'ai décidé d'éteindre toutes les lumières et d'aller au lit vers huit heures et demi, neuf heures. Beaucoup dormi. Peu rêvé. Sauf un long rêve étrange, pas facile à raconter, car trop flou. Brumeux. Vendredi soir, la maison était pleine de monde. Le lendemain elle était vide avec lire la suite


dimanche 5 août 2007

56. mea culpa

Ce journal rencontre une autre transformation. La pire, peut-être, de sa courte histoire. J'ai finalement accepté l'évidence que mon journal en ligne n'est rien d'autre qu'un [misérable] blog sans aucun salon à commentaires, sans fils pour les conversations avec et entre les lecteurs. Sans pub. Et lire la suite


dimanche 2 septembre 2007

58. déjà, le 2 septembre

Je n'écris pas souvent dans mon journal online. Ni dans mon journal papier, ces jours-ci. Je n'ai pas perdu l'intérêt pour ça, ce type d'écriture-là. Mais il se trouve au fond de moi quelque chose, une forme étrange, qui a commencé une mutation. Je ne peux que regarder arriver cela, en silence. Et lire la suite


dimanche 21 octobre 2007

63. dans les choux

Il m'arrive de temps en temps de m'amuser avec les scripts. Quand j'en cherche, j'en trouve toujours des nouveaux et d'habitude je ne publie pas mes essais et je finis par oublier le nouveau gadget dans un coin du serveur. Une fois étant souvent coutume, j'ai récidivé.  J'ai coupé les dernières lire la suite


dimanche 13 avril 2008

17. pour ma dernière neige

2007.04.JPG

La preuve sera faite une fois de plus qu'il suffit de l'écrire pour que ça passe. J'ai repris la lecture de mon vieux Proust, quelque part dans Le côté de Guermantes. Voilà ce dont j'avais besoin. Hier 12 avril c'était sans doute ma dernière neige. L'ultime promenade sous les flocons. Les corneilles lire la suite


samedi 23 août 2008

35. le nom de Guermantes

C'est toujours bon de lire À la recherche du temps perdu l'été, assise dehors, pieds nus dans l'herbe. Et dans la chaleur un peu humide du mois d'août, avec les chants des cigales, les frémissements du vent dans les feuilles. J'avais suspendu ma lecture je ne sais plus quand. Une chance que je l'ai lire la suite


dimanche 4 octobre 2009

60. test, bugs et cafard

Montréal se réveille tard ces temps-ci. On ne court jamais qu'après ça, le temps. Le temps. Mon retour de voyage s'est bizarrement passé. Je me suis sentie écorchée par toutes sortes de choses. J'ai finalement été malade. Méchant virus. Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipisicing elit, sed lire la suite


- page 1 de 2

Haut de page