Mot-clé : Nietzsche (11)

jeudi 20 décembre 2001

280. l'événement

À supposer que nous ressentions l'autre comme il se ressent lui-même - ce que Shopenhauer nomme compassion et qui s'appellerait plus justement union dans la souffrance, unité de souffrance -, nous devrions le haïr lorsque lui-même, comme Pascal, se trouve haïssable. Ces mots sont de Nietzsche, cité  […]

lire la suite »


jeudi 24 janvier 2002

32. quelle magnifique fin tragique pour un livre

Reni : saint sébastien

J'ai passé la nuit dans le train Paris-Nice avec Jack, je lisais La volonté de puissance de Nietzsche. Lui, il lisait Valium. Et puis vers 23 heures la porte s'est ouverte et Nietzsche est entré, il s'est assis. Il a lentement avancé sa longue main fine et gantée de noir [des gants avec le bout de  […]

lire la suite »


samedi 9 février 2002

39. à cinq heures du matin j'ai rencontré un Apache sur la plage

vagues

Piqué par des mouches venimeuses et creusé comme la pierre par les nombreuses gouttes de la méchanceté : c'est ainsi que j'étais assis parmi eux et me disant encore : « Tous ces petits ne sont pas responsables de leur petitesse. Les mouches les plus venimeuses, je les aies souvent trouvées chez  […]

lire la suite »


vendredi 15 février 2002

41. il a dit écrire avec...

Dans notre prochaine existence, nous nous garderons bien d'être humains, nous serons deux oies sauvages, volant bien haut dans le ciel, les neiges aveuglantes, les mers et les eaux, les monts et les nuages, les poussières rouges du monde. De loin nous les regarderons comme si nous n'étions jamais  […]

lire la suite »


mardi 5 mars 2002

55. j'ai acheté des fleurs (rouges) et de la confiture de griottes, dit-elle

    « J'étais dans l'état d'un chien tirant sur la laisse. [...] » Une fois revenue, seule, à Paris, je n'essayais plus de tirer sur la laisse. J'ai téléphoné à L., traversé la ville en marchant dans la pluie et puis je me suis couchée au fond du lit de la chambre d'Hôtel, rue des Archives, et j'ai  […]

lire la suite »


Haut de page