Avant de passer à un autre violet, quelques mots sur la couleur des vêtements et des draps, au XVe siècle, tirés de la préface au Blason des couleurs. Pour en conserver la trace, et parce que je trouve ces informations très... poétiques quant à la question des draps.

La couleur des habits

Les chapitres de l'habit moral de l'homme et de la femme sont fort curieux et méritent d'être lus. En examinant comment se doibvent porter les couleurs selon les qualités des personnes, l'auteur fait sans doute un article de modes fort amusant et que l'on peut résumer ainsi :

Le blanc doibt se porter par enfants jusqu'en l'aage de six ou sept ans; par jeunes filles en cordons et rubens, mancherons et coeuvrechiefs; par jeunes filles de villaige et bergiers en baulx roquetz, surcotz et plissons; par les chevaliers, principallement la première année qu'ilz ont receu l'ordre.

Le jaune se porte voulentiers par les gens d'armes, paiges, laquetz et aultres gens suyvants la guerre et la court comme en manteaulx, pourpoins et chausses.

Le rouge est la couleur des bonnetz, chausses, pourpoints et manteaulx des gentils hommes, et des cottes, sainctures et cordons et mancherons des femmes.

Le vert est porté par jeunes gens joyeulx et deliberez, et communément se porte en sainctures, jartriers, et quant se vient au moys de may vous ne verrez aultre couleur porter que verd. Et le plus voulentiers se porte par jeunes adolescens, jeunes filles, fiancez et nouvelles mariées.

Le bleu ou pers, couleur communément portée par les Angloys comme leur propre livrée, se porte par les filles en sainctures et cordons, et voulentiers par gens de villaige, comme en chapeaulx, robes, pourpoins et chausses. Et tend-on de pers en la maison d'ung trespassé.

Le pourpre est réservé exclusivement aux rois et aux évêques.

Le noir est la couleur du deuil.

Le violet se porte par gens vivans de leurs rentes, et le plus voulentiers en chausses.

Le gris est bon pour marchand qui va aux champs, mariniers, laboureurs.

Quant à l'incarnat, il se porte par gens amoureux et gaillardz, et principalement par courtisiens et gens qui usent de la plume.

La couleur des draps

[...] des observations sur les draps et leurs couleurs doivent être également rapportées. La couleur des draps était, de son temps, fleur de pêcher, tanné blanchâtre, tanné rougeâtre, tanné violet, tanné obscur, gris violant, gris blanchâtre, gris obscur, gris cendré, bleu violant et tanné gris. Les draps de couleurs grise, violette ou jaune étaient fort recherchés.

Ça me donne l'envie de plonger mes draps blancs dans autant de bains de teinture qu'il y a de nuances de couleurs mentionnées ici.

Note : L'auteur de la deuxième partie du Blason de couleurs [qui a dû être composé à Mons, entre les années 1435 et 1458] ne s'est pas fait connaître et il semble que personne n'ait pu retrouver son nom. « Si l'anonyme qui le couvre est impossible à dévoiler, le pseudonyme du héraut Sicille n'est guère plus facile à découvrir », écrit Cocheris.