Toute vie est bien entendu un processus de démolition, mais les atteintes qui font le travail à coups d'éclat – les grandes poussées soudaines qui viennent ou semblent venir du dehors, celles dont on se souvient, auxquelles on attribue la responsabilité des choses, et dont on parle à ses amis aux instants de faiblesse, n'ont pas d'effet qui se voie tout de suite. Il existe des coups d'une autre espèce, qui viennent du dedans – qu'on ne sent que lorsqu'il est trop tard pour y faire quoi que ce soit, et qu'on s'aperçoit définitivement que dans une certaine mesure on ne sera plus jamais le même. La première espèce de rupture donne l'impression de se produire vite – l'autre se produit sans presque qu'on le sache, mais on en prend vraiment conscience d'un seul coup.

F. Scott Fitzgerald [1896 - 1940] : La fêlure [The Crack-Up],
traduit de l'anglais par Suzanne Mayoux et Dominique Aury.