Je dors dans la nuit noire absolue, alors que dehors c'est l'orgie de lumières dans le soir qui tombe à quatre heures. Ça m'aide à patienter, bientôt le jour reviendra où je pourrai souper avant le coucher du soleil. L'été, j'en profite jamais assez. Mais l'hiver, c'est bon aussi, à savourer autrement. L'hiver, c'est pour souper aux chandelles. Le scintillement des petites lucioles, c'est pour rêver de l'expérience en cours, de celles à venir. Les ténèbres, c'est pour s'y blottir comme dans un refuge rassurant. Sauf l'angoisse qui s'incruste sans invitation du fait d'être seule souvent, trop longtemps. Je sors, je marche les rues de la ville affairée du nord au sud et d'est en ouest. J'entre ici et là, j'écrème les librairies. Ma bibliothèque s'enrichit de nouveaux livres parfumés d'exotisme. J'écoute mes vieux microsillons et je les enregistre en mp3 [cadeau d'anniversaire de la sagittaire ? un tourne-disque usb, pure folie], ça me chamboule de nostalgies, alors j'y vais à petites doses]. Le premier vinyle réécouté fut Honest Lullaby, de Joan Baez. Petit cadeau pour vous, en passant, un extrait de la chanson du même nom. Dans Honest Lullaby, il y'a plein de petits morceaux de mon histoire à moi, on pourrait presque en faire une mosaïque byzantine :

baez.jpg

Yellow, brown, and black and white / Our Father bless us all tonight / I bowed my head at the football games / And closed the prayer in Jesus' name / Lusting after football heroes / tough Pachuco, little Neroes / Forfeiting my A's for zeroes / Futures unforeseen / Spending all my energy / In keeping my virginity / And living in a fantasy / In love with Jimmy Dean / If you will be my king, Jimmy, Jimmy, / I will be your queen

I look around and I wonder
How the years and I survived
I had a mother who sang to me
An honest lullaby

I travelled all around the world / And knew more than the other girls / Of foreign languages and schools / Paris, Rome and Istanbul / But those things never worked for me / The town was much too small you see / And people have a way of being /Even smaller yet / But all the same though life is hard / And no one promised me a garden / Of roses, so I did okay / I took what I could get / And did the things that I might do / For those less fortunate

I look around and I wonder
How the years and I survived
I had a mother who sang to me
An honest lullaby

J'écris des pages de journal [blog] que je ne mets pas en ligne. Diagnostic : avortements spontanés ; étiologie : sélection naturelle pour cause d'embryons non viables [ou suicide assisté au stade de l'embryogenèse, c'est selon]. Au petit matin je m'arrache du lit avec le premier rayon du soleil, je fais un sudoku, remplis en baillant une grille de mots-croisés pendant que mon café refroidit.

wwsanta.jpg

J'ai commencé un puzzle de Noël de mille morceaux : je fais un Santa Clauss avec des rennes aux yeux doux tirant un traîneau rouge rempli de cadeaux. J'ai assemblé les cadeaux en premier avec leurs jolis rubans et emballages aux couleurs d'arc-en-ciel.

Du côté de la cuisine, j'ai fait des gâteaux aux fruits épicés très sucrés avec de la mélasse noire et du rhum d'Ayiti. Hier soir, j'ai épluché et séparé les sections d'une petite caisse de clémentines du Maroc, les ai mises à mariner dans du sucre roux ; et quand il fera très noir, très tard, je mettrai la marmite sur le feu.

Les confitures de clémentines, c'est pour les tartines, à déguster avec le vin rouge chaud au miel. En préparant tranquillement Noël pour les enfants, grands et petits. Devinez qui s'en amuse le plus ? Le sapin est déjà illuminé [rose, jaune, vert, bleu et rouge]. J'attends le 24 au soir pour y suspendre les boules et autres babioles symboles de paix et d'amour [animaux, étoiles, fruits, oiseaux, cristaux, anges, lutins, etc.] Tout ce que je fais me laisse songeuse, à mi-chemin entre l'étonnement muet et le rire aux larmes émues. Sans briser le rêve, croire que tout cela n'aurait d'autre but que de remplir le temps, ou dilater la morosité des silences. Nous unir. Dans un grand éclat de rire [celui-ci est de Jacques Languirand, déniché sur le site de radio-can].