Je suis désolée pour le billet d’hier. Désolée pour ceux qui ne lisent pas l’anglais. Ce n'est pas très poli. Veuillez m'en excuser.

Lucile aurait-elle été traduite en français ? Je pense que non. Cherché. Rien trouvé sur le web ni dans le catalogue Nelligan.

Sauf que j’en sais maintenant un peu plus long sur Owen Meredith, l’auteur. Edward George Bulwer Lytton était Vice-roi des Indes [et poète britannique entre parenthèses].

Pour en revenir à Lucile, il faut dire que ce n’est pas un chef d’oeuvre incontournable de la littérature non plus.

J’avais lu quelque part qu’il datait de 1882, mais selon le Dictionnaire général de biographie contemporaine française et étrangère, par Adolphe Louis Émile Bitard [1878], numérisé par Google, Lucile daterait plutôt de 1850.

Ce roman, comme bien d’autres, n’aura donc pas connu la popularité ni traversé le temps en croulant sous les critiques élogieuses, prix littéraires et autres rançons de la gloire.

Cependant, il y a une petite citation de Lucile qui circule un peu partout : « Un homme civilisé ne peut pas vivre sans cuisiner ». Héhé. Je ne crois absolument pas que ceci reflète la pensée de Lord Lytton qui, entre vous z'et moi et la livre de beurre, n'a pas dû cuisiner très souvent dans sa vie.

Dans un des nombreux dico de citations qui foisonnent sur le web, j’en ai déniché une plus longue [toujours de Lucile, notre livre !] signée Owen Meredith [alias Lord Lytton, notre homme !].

Chose fort amusante, cet extrait-là m’avait fait doucement rigoler quand je l’avais rencontré en lisant le livre. J’avais même failli le prélever avec les autres. Mais je l’avais laissé là. Preuve que c’est difficile de faire de choix, parfois.

Alors, cet extrait ? OK. Je vais le citer dans sa version traduite en français, tel que découvert sur disco-citations.com.

Nous pouvons vivre sans poésie, musique ou art;
Nous pouvons vivre sans conscience et vivre sans coeur;
Nous pouvons vivre sans amis, et vivre sans livres,
Mais un homme civilisé ne peut pas vivre sans cuisinier.

Lucile

Citations de Edward George Bulwer Lytton, Ier baron Lytton

Voici maintenant le même passage dans la langue de l’auteur [vers la page 49] :

We may live without poetry, music, and art ;

We may live without conscience, and live without heart ;

We may live without friends ; we may live without book's ;

But civilized man cannot live without cooks
.

Et parce que ça m’arrive de temps en temps de m’amuser avec la traduction, j’ai eu envie de bricoler la mienne. Enfin, juste ce que j’ai saisi furtivement en lisant. Possible que je sois à côté de la plaque. Mais lire, c’est aussi ça, créer du sens. Celui qu’on veut. Une des rares libertés qu’il nous reste.

Voici ma traduction :

Nous pouvons vivre sans poésie, sans musique et sans art ;

Nous pouvons vivre sans conscience, et vivre sans coeur ;

Nous pouvons vivre sans amis ; nous pouvons vivre sans livres ;
Mais l’homme civilisé ne peut pas vivre sans cuisiniers.

crossed-swords.jpg

J’écris, j’écris... J’écris trop. Cet après-midi j'avais une faim de louve l'hiver et j’ai préparé un gros bouilli de légumes avec un petit roulé de porc en saumure douce et des pois cassés. Ça mijotait pendant que j'écrivais et ça sentait trop bon. J’avais pensé partager ma recette. Sauf qu'il ne reste plus assez d’espace sur la page. À demain, alors ?