21. bonne 2009

C'était mon mobile de Noël, fabriqué vers la mi-décembre. Ça l'est encore pour quelques jours. Il est plus beau en vrai. Il est juste derrière moi quand j'écris ce journal, assise au bout de la table. J'y ai accroché des pampilles, des boules dorées, des anges et différentes figurines en bois peintes en rouge. Plus une petite souris assise sur son tambour. Et une pomme, rouge.

Pourquoi ce mobile ? Parce que je n'ai pas décoré le traditionnel sapin cette année, vu que j'étais à Montréal à Noël. Et parce que Marie me l'a demandé.

Mon dernier jour de l'année, et le premier de 2009, je le vis seule avec moi-même. Le vent est trop froid, je ne sortirai pas en raquettes aujourd'hui. J'ai fait cuire une courge spaghetti [de mon jardin]. Depuis que je suis rentrée de mon travail hier vers 17 heures, je mange à n'importe quelle heure, juste quand j'ai faim. Je nourris le feu. Les enfants me manquent. Et d'autres âmes au loin que je porterai toujours, à qui je pense et parle tout bas. J'ai fait des téléphones et n'ai rencontré que des répondeurs [almost]. J'ai souhaité la bonne année à plusieurs machines. C'est fou. 

Et il y a ce journal. À ne pas négliger. Je pense à vous aussi. Je vous écris pour vous dire que je vous aime et vous présenter mes Voeux. 

Bonne année 2009 : en couleur, bonheur, paix, paix et paix, de l'amour, plein de câlins, tendresses, santé, rêves, arts, lectures nourrissantes et la mer, des plages avec du sable blanc, des pieds qui font pas mal, des forêts enchantées, des coffres en cèdre remplis de vieilleries précieuses imaginaires, des gâteaux, des envies de déplacer les montagnes, des fous rires, des lubies, des chimères, un grand soleil tout rond et un renard aux yeux verts. 

Gratitudes. Et si vous n'êtes pas bien sage, je crois que j'aurai même envie de vous raconter [peut-être] une belle histoire.

Haut de page