20. quand les chevaux sont heureux

Source : MétéoMédia [en attente de permission] : Chevaux heureux, de Frisch Bauduin - Sainte-Félicité, Québec.

J'écris ma page du jour tranquille, après avoir réussi la mise à jour de DC [de 2.1.3 à 2.1.4] en rêvant à ce que je ferai de ma journée. La vie est belle. Je vous laisse avec les chevaux, en attendant. Faut que je décore mon mobile moche pour Noël, je sais, j'ai déjà dit ça mais je procrastine infiniment.

Grosse mat. sous la couette dans l'air glacial de la chambre blanche. Levée depuis 9 heures. Encore rien fait sauf le café et un peu d'Internet. Les émotions un peu à plat. Pas triste, pas gaie. Pas fatiguée, pas reposée. Pas en colère, pas enragée, pas amère, juste un peu sucrée givrée avec toute cette neige et le vent, le vent du nord/le vent qui mord/le vent qui défait tes cheveux/le vent qui vire tout à l'envers/qui éparpille nos adieux/aux quatre coins de l'univers/dans la neige en hiver/et l'été dans le vert de nos gazons.... Pas non plus indifférente. Mais toujours amoureuse. De qui, de quoi? De tout. De vous.

Publication du jour : sur le mode du paragraphe par paragraphe. Une image à la fois. Du type revenez nous voir, on est pas sorteux. La suite vers midi trente.

Avant de partir pour Montréal demain matin à l'aube, j'ai encore plein de choses au programme :

  • nettoyer le micro-ondes
  • faire le ménage du frigo [sinon je risque de m'empoisonner avec les restes qui microbent là-dedans]
  • emballer les cadeaux
  • faire ma valise
  • laver la vaisselle
  • préparer les indispensables gâteries [à manger et autres] à emporter
  • décorer le mobile moche
  • sortir pour ma randonnée en raquettes et essayer de photographier la grande jument noire de la voisine...

Ce que j'aime le moins : les emballages. Je suis très gauche avec ça : le papier déchire, le papier collant se colle jamais au bon endroit et sur mes doigts, les rubans font des drôles de noeuds. De quoi ouvrir tout grand la fenêtre et crier GERTRUDEEEE.

Si je ne fais pas comme hier, je sens que les minutes et les heures de cette journée vont couler à pic comme le sable au fond du sablier. Hier c'était un emploi du temps strict, une discipline de fer avec une liste et des petites cases à cocher faites. J'avais réussi à tout faire, sauf les emballages et le mobile moche, argh.

Je reviens pour une suite si je réussis à passer au travers de ma liste, promis.

Haut de page