10. essai

Cette page n'avait d'autre but que de corriger certains problèmes d'édition. J'avais écrit qu'elle disparaîtrait dès que je les aurais corrigés et puis j'ai ajouté d'autres mots que je veux maintenant garder, de sorte que ça change tout.

Parfois j'écris des pages et puis je les efface. En tout ou en partie. Ce n'est pas le ciseau de la censure, c'est la mise à jour. Parfois j'ajoute un ou deux paragraphes, retravaille le texte. Parfois aussi j'appuie sur un bouton et comme par magie le décor change.

Je lis L'accordeur de pianos. Troublante atmosphère. Écriture superbe, excellente traduction. Ah, si je pouvais seulement lire l'allemand. Après la page 50, j'ai fait une sieste.

Et puis j'ai des problèmes avec le serveur depuis jeudi soir. Bizarre. Bizarre. C'était jamais arrivé.

Il pleut. Y'a plus de lait. J'ai pas envie de sortir. L'autre matin, celui de la photo, il y avait beaucoup d'écharpes de brumes sur le fleuve, comme collées sur l'eau. Le temps que je descende de ma montagne, que je me rende jusque dans les quenouilles, les brumes s'étaient levées, découvrant l'horizon bleu. J'ai pris le sentier de la route verte et j'ai marché plusieurs kilomètres.

Haut de page