5. sans presque aucun répit

Ma vie n'est pas facile, vous n'avez pas idée. Il y a des jours, je traverse des forêts de lumières et d'étoiles et je voyage légère et pelucheuse, je glisse et roule et déambule dans et parmi le monde et les choses et je chanterais la vie est belle si je savais chanter et puis soudain je plonge dans un trou noir profond et la tempête me charrie dans les bancs de neige et je m'enfonce lourde et pesante et je remonte pour reprendre le chemin de l'errance sur le fleuve en canot d'écorce dans la marée écarlate je ne vois plus rien et je souffre tous feux éteints des angoisses de tous les diables, à froid, je brûle dans les cercles de l'enfer et puis un autre beau matin j'émerge de la nuit d'encre enfin et toute étonnée de me retrouver encore ancrée au creux de mon livre.
Il fait bleu et le soleil me chauffe.
et la neige me blanche.
et la glace me craque.
j'écris.
te deum.
mener à son terme ce gros roman je travaille sans presque aucun répit depuis bientôt deux ans quand le printemps sera venu je le ferai en pleine lune blanche.
et je sais comment y croire,
le montrer,
le donner à lire.
ce jour sera un silencieux dimanche.
il n'y aura plus de guerres.
et je mettrai des roses blanc crème dans des vases de lait cru.
d'ici là j'ai amplement pain sur la planche.

Haut de page