le thé vert de cinq heures

the5h.jpg

Je ne me souviens plus depuis combien de jours je n'ai pas touché à ce manuscrit. Faudrait que je relise mon journal pour le savoir. C'est bien utile un journal. Je n'ai pas pu aller dans le bois non plus because la pluie et le brouillard qui est toujours là et j'arrive déjà à mon thé vert de cinq heures. Toute la journée je ne voyais pas à cent mètres autour de la maison.

Ces trois derniers jours, beaucoup de recherches, de lectures, d'essais et de multiples problèmes de programmation avec différents bidules pour éliminer le spam qui se servait de mes adresses email exposées à tout va sur mes sites internet pour m'inonder d'une pub agressive, répétitive et de fort mauvais goût. Je n'ai pas fini d'enlever lesdites adresses. Tous les liens « mailto » vont passer à la trape. Ce qui ne veut pas dire que je ne veux plus avoir de nouvelles de personne. Loin de moi l'idée de ne plus communiquer avec les lecteurs de ce journal. La plupart ont déjà mon adresse email, ils pourront continuer de s'en servir pour m'écrire car elle est encore valide. Par contre celles sur sympatico ne fonctionnent plus depuis octobre 2005. Pour les nouveaux, j'ai cherché autre chose que le mail.

Et c'est ainsi que j'ai découvert et adapté un formulaire de contact en php auquel j'ai ajouté cryptograph, le tout devant donner quelque chose de spam proof. La source est mentionnée dans le code. Pour le moment, j'ai fait plusieurs tests et il semble très bien fonctionner. Le lien vers ce formulaire, que j'ai appelé mon formulaire d'écriture à l'auteur, est en bas de la colonne noire, à droite. Je devrais peut-être partager l'expérience, expliquer comment j'ai procédé et donner étape par étape le mode d'emploi et la recette de cuisine geek. J'espère avoir le temps demain. Et que d'ici là quelqu'un osera l'essayer et me préviendra si cela ne fonctionne pas avec d'autres navigateurs que Firefox [il est encore facile de retrouver mon email dans les vieilles pages du journal]. Pas eu le temps de faire des tests avec IE, Opera et cie. Et puis ne perdez pas votre temps à m'écrire pour me dire que le formulaire n'est pas valide. Je m'en doute... Je ferai les tests de validation demain.

Et puis au terme de longues discussions par email avec le soutien technique de mon serveur web tout en anglais [et mon anglais écrit fait vraiment pitié de chez pitié], ils ont fini par changer mon serveur de mail et depuis, la sainte paix. Incroyable mais vrai, je ne reçois plus aucun spam. C'est tellement drastique comme changement, je me demande si les filtres ne jettent pas des « bons » emails. Je n'ai même plus à faire le ménage de la poubelle à spam.

Toute cette histoire de lutte au spam m'a fait perdre un temps fou. Mais c'est fini, réglé. Pour le moment. J'ai envie de faire cuire un gros poulet [ben non, pas « la » poule] et que ça sente bon dans la maison.

Pour en revenir à mon sujet des derniers jours, je crois avoir enfin compris ce que cela signifiait vraiment de vivre avec la peur [rien à voir avec le spam]. Je croyais que je le savais. Je disais que la peur était là, qu'elle m'était utile, mais tout en affirmant cela, j'agissais comme quelqu'un qui n'a peur de rien, ou encore dès que quelque chose m'effrayait, je me dépêchais de prendre le dessus et de l'éliminer. Je ne me laissais même pas sentir la peur de jour mais elle me réveillait presque toutes les nuits. Le seul fait d'écrire la peur, les premiers jours, j'avais le souffle court comme un petit chien qui a couru trop longtemps. Le pire de la peur c'est tout faire comme si je n'avais peur de rien alors que la peur m'étouffait dans tout ce que je faisais et j'en étais même pas consciente.

Méchante découverte. Hier, dans la journée, je me suis dit c'est ça, je suis quelqu'un qui a peur de tout et qui refuse de se l'avouer et ça été dur pour mon orgueil mais je n'ai pas eu peur du tout pendant la nuit. Le premier qui me fait BOOU, je le...

Haut de page