Hysope est arrivé. Hysope est déjà là.

Je n'en crois pas mes yeux. Déjà, ça pousse dans mes serres à semis, quelques pots ont déjà des petites pousses vert tendre qui pointent courageusement vers le haut. C'est l'hysope qui était là en premier ce matin, partout, et cet après-midi, j'ai vu arriver des mini plantules de tomates.

Je suis retournée voir l'enveloppe de semences et j'ai relu : Hysope des rocailles, hysope nain, Hyssopus officinalis, et toute la description. Pour faire court, c'est une herbe qui sentira très bon, et qui sert d'aromate, à planter près du thym et de la lavande, elle n'en poussera que mieux. Elle devrait me donner des fleurs « bleu sombre réunies en épis » et attirer des volatiles butineurs de toutes sortes.

Je réfléchis toujours aux moyens d'engranger des sous pour faire vivre la maison, et tutti quanti, sans pour autant abandonner mes projets littéraires et vivre tranquillement l'urgence de l'inutilité. Je crois tenir une solution. Non, plusieurs petites solutions.

Toujours plongée dans la lecture de Moravia dehors au soleil, j'ai fini Les Indifférents, et tout à l'heure, j'ai lu les derniers mots de La Femme léopard. Deux excellents romans, à relire bientôt pour l'analyse. Et quelques annotations qui déborderont peut-être un peu dans ce journal, comme toujours.