9. ils sont là

oiseaux sauvages

Hier nous avons rempli la petite mangeoire accrochée dans le jeune érable derrière la maison, juste en face de la fenêtre de la cuisine et cette nuit il a neigé et enfin ce matin les oiseaux sont là.

Derrière la vitre, j'essaie de photographier les geais bleus, les petites mésanges à tête noire [Poecile atricapilla] et un plus gros élégant et tout gris avec un cou très fin et une petite tête dont je ne connais pas le nom, j'ai besoin d'un beau grand livre sur les oiseaux. Les geais bleus se sont sauvés, ils sont sauvages et s'enfuient très vite dès qu'ils ont vent de ma présence à la fenêtre. Après deux photos, il n'y avait plus personne, je n'ai pourtant fait aucun bruit ni prononcé un seul mot. Un reflet a dû les déranger.

Tous ces oiseaux qui viendront manger, j'apprends leur nom, je les caresse des yeux. Aujourd'hui j'irai à Québec errer un peu dans les rues les plus étroites pavées en pierres grises de la plus vieille ville en Amérique du Nord, j'entrerai dans chacune des librairies et passerai encore le meilleur de mon temps dans la capitale à bouquiner à la librairie Pantoute.

Et après j'irai m'asseoir dans un café pour lire un peu et griffonner dans mon carnet et observer en silence les femmes et les hommes sans parler à personne, les regarder manger et boire et se parler et rire et s'entredétruire puisqu'ils ne savent pas faire mieux et ils se souhaiteront de joyeuses fêtes sans même savoir de quelles fêtes il s'agit et sans vraiment y croire, sans réussir à bannir la profonde tristesse qui ronge sourdement en dedans et déchire les âmes en deux quand la moitié de la planète meurt de faim pendant que l'autre moitié fait bombance, quand il y a les enfants qui travaillent au lieu d'apprendre à lire et à écrire, quand ils sont malades et qu'on ne les soigne pas, quand il y a encore la peine de mort, et des lois ignobles qui bénissent tout ça. Quand il y a la guerre. Et cette saleté d'élection fédérale.

Mais il commence à se faire tard, déjà 9 heures et dix et dehors il neige à gros flocons et je dois encore prendre mon petit déjeuner et la route bientôt.

Haut de page