116. de Cioran

Lu dans Le Crépuscule des pensées :

On dirait que des milliers et des milliers de vies inconnues se suicident en moi, et que de leurs soupirs s'élève une extase sublime, que je ne suis rien d'autre qu'une voûte au-dessus des fins infinies... Si je pouvais m'éparpiller dans les éléments de la souffrance, me briser en morceaux, et n'être plus nulle part, ni, sourtout, pas en moi! Me supprimer dans un délire d'absence, et m'éteindre en moi, centrifuge à moi-même.
L'homme est le plus court chemin entre la vie et la mort.

Haut de page