65. je rêve lilas

Musique du jour : Gould, Cabrel, Cohen, Touré Kunda : Café Africa - Sun, Savannahs and safaris et aussi Laïs : Douce victime.

corneillemanoire.jpg

En attendant de recopier les explications du savant Botanica au sujet des lilas ou Syringa meyeri, S. oblata, ou S. superba qui fleurissent en automne à Paris ou ailleurs, j'étais sortie faire quelques photos des lilas sous la pluie et j'ai entendu cette chanson. La corneille est revenue se poser dans l'arbre, en face. Avec le froid.

pencil-line.gif

le vent a fait s'approcher les nuages il fait gris au dessus des plages et la mer a l'air triste aussi le ciel n'est plus qu'un long tissu de brume il va faire une nuit sans lune et demain je n'aurai pas dormi peut-être je vais rencontrer une dame quand j'irai accrocher mon âme sur les arêtes des rochers mais le vent souffle si fort sur ces pierres c'est plus la peine que j'espère l'amour ne peut pas s'y poser mais je rêve je lance des mots vers le jour qui s'achève je voulais qu'il reste il n'a pas entendu plus loin sur les rocs que la mer assaille cheveux et jupon en bataille combien de femmes ont attendu combien ont crevé leur coeur sur les vagues pour celui qui avait l'autre bague et qui n'est jamais revenu mais je rêve je lance des mots vers le jour qui s'achève je voulais qu'il reste il n'a pas entendu la mer est plus forte que mon courage mais ce soir il y a des nuages et je sais qu'elle est triste aussi quand ces mots seront devenus des braises je monterai sur la falaise jeter leurs cendres dans la nuit mais je rêve je lance des mots vers le jour qui s'achève je voulais qu'il reste il n'a pas entendu je dédie ces mots aux amours qui s'achèvent © Francis Cabrel : « Je rêve », Les chemins de traverse, [trouvé sur paroles.net

pencil-line.gif

Extrait de l'encyclopédie Botanica, aux page 867 et 868, tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur le Syringa [lilas] sans jamais avoir osé le demander :

Les lilas sont prisés pour leurs thyrses dressés ou arqués, composés de petites fleurs cireuses, souvent très odorantes, écloses à partir de la mi-printemps. Leur coloris va du blanc au violet, en passant par le crème, le jaune pâle et tous les tons allant du rose au mauve et au cramoisi. La plupart des Syringa vulgaris ont vu le jour en France, à la fin du XIXe siècle et au début du XXe, même s'il s'en crée encore parfois. Tous ne sont pas parfumés. Le genre, parent du troène et du jasmin (oléacées), réunit quelque vingt espèces d'arbustes ou de petits arbres caducs à feuilles opposées, originaires d'Europe ou d'Asie.

Les différentes variétés sont Syringa hyacinthiflora, josiflexa, josikaea [lilas de Hongrie], laciniata, meyeri, oblata, patula, persica [lilas de Perse], pubescens, reflexa, reticulata, et villosa, vulgaris [lilas commun], et le S. yunnamensis, originaire du Yunnan. J'ai tout lu, toutes les descriptions, et les seuls lilas qui ont des fleurs en automne sont les suivants :

P5220003.jpg

Syringa meyeri
Touffu et de taille modeste (1 mètre 80 en tous sens), cet arbuste chinois à feuilles elliptiques épanouit, en fin de printemps, ses fleurs violettes en thyses denses. 'Palibin', de croissance lente et plus compact encore que le genre type, expose des fleurs rouge violacé passant au rose tendre. 'Superba', rose foncé avant de s'éclaircir, reste en fleurs longtemps puis porte quelques thyrses épanouis jusqu'en fin d'été.
Toutes les formes de Syringa meyeri refleurissent plus ou moins en automne. Zones 4-9.

Syringa oblata
Excédant 4 m en tous sens, ce lilas chinois porte des feuilles réniformes ou cordées, de 10 cm de longueur. Il révèle ses fleurs bleu lilacé en thyrses denses, de 15 cm de longueur, nettement avant les autres. C'est aussi le seul à flamboyer élégamment en automne. S. oblata var. alba, présentant des feuilles plus menues, fleurit en blanc. Zones 5-9.

Fin de la recherche. Il ne me reste plus qu'à aller à Paris cet automne, pour voir les derniers lilas « flamboyer élégamment ».

Haut de page