Extrait de La métamorphose des plantes :

La lumière et l'esprit, qui règnent, l'une dans l'univers physique, l'autre dans l'univers moral, sont les plus hautes énergies indivisibles qui se puissent penser. [Goethe]

petit muret de roches à la maison rouge, le 29 janvier 2005

Le Bas-du-Fleuve me manquait. Quand l'envie de partir vous prend, c'est bon de ne pas trop attendre, et de lever les voiles avant qu'il ne soit trop tard. Je suis rentrée hier midi, avec une provision de belles Images, de notes de lectures, de paysages reposants, de souvenirs doux et tendres, mais aussi avec le virus cité en titre. Bref, avec le coeur remis à l'endroit mais une bonne grosse grippe d'hiver de bucheron accrochée aux muscles, à l'estomac, aux sinus et autres voies aériennes.

Un peu fiévreuse, j'ai dormi douze heures d'affilées. Pris un bain aux essences d'eucalyptus. Fait infuser une pleine théière de tisane spéciale composée d'hysope, de thym citron, de souci et de mauve. Il faut absolument que je sois sur pieds demain pour reprendre le travail. J'ai peut-être enfin une acheteuse sérieuse pour la maison. J'étais là hier soir [pas le choix, j'étais au lit avec mes mouchoirs et les miasmes encombrants de cette maudite grippe] quand elle est venue visiter avec son agent. Elle semble avoir eu un vrai coup de foudre, elle a fait le tour plusieurs fois, posé mille et une questions. Je croise les doigts. Et en même temps j'ai presque plus envie de vendre.

Et parce que j'ai besoin soleil et de la chaleur de l'été, j'ai pas mal butiné dans la Flore Laurentienne [du Frère Marie-Victorin, la troisième édition, publiée par les Presses de l'Université de Montréal], et recopié tout ce qui concerne l'Hélianthus [ou presque]. Si poétique :

Helianthus L. – Hélianthe.

Plantes herbacées, dressées et ramifiées. Capitules grands, pédonculés, contenant à la fois des fleurs tubuleuses et des fleurs ligulées. Rayons jaunes. Disque jaune, brun ou pourpre. Involucre hémisphérique, à bractées plurisériées. Réceptacle plat, écailleux. Anthères entières ou légèrement bidentées à la base. Branches du style appendiculées. Aigrette réduite à des écailles.

Environ 70 espèces, propres au nouveau monde, et nombreuses dans la Prairie. – Outre les espèces décrites ci-dessous, on trouvera encore sur le ballast des chemins de fer plusieurs plantes constamment apportées avec les trains de blé, mais qui ne se maintiennent que difficilement. – Plusieurs espèces sont cultivées : H. annuus, H. tuberosus, etc. – Le nom générique signifie : fleur-soleil ; allusion aux grands capitules et aux rayons dorés de l'espèce la plus connue : H. annuus.

Helianthus annuus L. – Hélianthe annuel. – Soleil. – (Common Sunflower). – Plante annuelle ; tige (long. à l'état naturalisé, 10-100 cm. ; beaucoup plus grande dans la culture) ; feuilles supérieures alternes, largement ovées, les inférieures cordées à la base ; capitules (diam. à l'état naturalisé. 8-15 cm. ; beaucoup plus grands dans la culture) ; disque pourpre ou brun. Floraison estivale. Cultivé pour ses graines, et retombant parfois à l'état sauvage.

Tout le monde connaît le grand Soleil, universellement cultivé (mais surtout en Russie) pour ses graines et l'huile que l'on en extrait. La plante est épuisante pour le sol et pourrait être employée pour la première récolte, dans les terres neuves où le blé se développerait d'une manière trop luxuriante pour bien fructifier. – La plante retournée à l'état sauvage est très différente et montre jusqu'à quel point la culture peut développer une espèce. – Champlain et Sagard ont tous deux vu les belles cultures de Soleil chez les Hurons de la baie Georgienne et du lac Simcoe. Sagard écrit : « Ils font état du tourne-sol qu'ils sèment en quantité... à cause de l'huile qu'ils retirent de la graine. » L'H. annuus n'est pas indigène dans l'Ontario, et les Hurons avaient dû obtenir les graines des Indiens d'au-delà du Mississipi. Il semble que les Amérindiens avaient déjà transformé la petite plante sauvage, et obtenu les énormes capitules que nous connaissons. Le Soleil a été introduit dans la culture, en Europe, dès le XVIe siècle.