boutures12152005.jpg

Le 23 juillet de cette année, j'avais découvert dans mon jardin en pots de la rue Hutchison une petite fleur inconnue, et après quelques recherches, j'avais été enchantée d'apprendre que c'était une Matricaria chamomilla, ou camomille ordinaire, ou matricaire officinale. L'histoire et quelques images se trouvent à la page 88 de « Palymbrosia ».

Durant l'été, la plante a beaucoup grossi et donné pas mal de fleurs que je n'ai pas voulu cueillir juste pour le plaisir de les laisser vivre leur vie de fleurs, et ce fut je crois une fort bonne décision.

J'ai bien évidemment déménagé la plante avec moi [plusieurs sont restées là-bas, snif] et la semaine dernière j'ai constaté que sur plusieurs des tiges de base, il y avait des bouquets de feuilles qui présentaient tout à fait l'aspect d'un plant complet de Matricaria chamomilla, mais en format réduit, mini.

La plante mère était devenue énorme et toute déformée et alors, n'écoutant que mon instinct un peu téméraire de la sauver voire même de la multiplier, j'ai pris chacun des petits bouquets que j'ai délicatement détachés des tiges et je les ai plantés dans de la bonne terre humide et tiède. Et c'est comme ça que j'ai récupéré huit boutures dans des petits pots que j'ai installés bien à l'abri dans la maison de verre. J'en ai récupéré cinq autres rejetons beaucoup plus gros que j'ai repiqués ensemble dans un grand vase. Et ça pousse en folie ! On est pourtant en décembre, je sais, ce n'est pas la saison des boutures. Mais ça pousse, faut dire qu'il fait toujours un peu frais dans la cuisine, et que cette pièce est très bien éclairée, c'est une ancienne cuisine d'été et le plafond a été enlevé ce qui fait que le fenêtres du deuxième étage laissent la lumière entrer à flots, c'est presque une serre, mais froide.

L'été prochain, je vais transplanter les 13 Matricaria chamomilla au jardin [plus la plante mère que j'ai assassinée en lui coupant la tige au ras du sol et qui est en train de repousser, ça m'en fera 14] de quoi faire une belle plate-bande et peut-être récolter les fleurs que je mettrai à sécher pour faire des tisanes qui font du bien à boire avec un peu de sucre et de chocolat.

Mais encore. Une question pendouille partiellement, en suspens : pourquoi un Tome 2 au Love and Writing Project ? J'ai tenté l'ébauche d'une réponse dans la marge vert mousse, et parce que Palymbrosia s'en allait dans tous les sens, et parce que cette angoisse, en plus ces temps-ci, envie de créer quelque chose à partir de ça. L'orchidée aussi a pas mal souffert du déménagement, c'est elle au fond à gauche dans le jardin de verre, les feuilles sont toutes molles, vais-je la perdre. Et si j'arrêtais de l'arroser pour l'assoiffer un peu ?