Le temps file. L'été avance. J'ai beau crier et écrire tous les jours que le temps n'existe pas, il reste que je le vois filer, comme tout le monde. L'été 2002 passe trop vite, beaucoup trop vite. Et puis j'ai un gros problème sur les bras : Script a envie de tomber en amour, mais pas n'importe quand, elle veut ça pour l'été 2002.

Je ne sais pas trop quoi lui dire. Parce que jusqu'à maintenant, elle n'a vraiment pas eu de chance. Elle devrait peut-être se méfier de son coeur : peu de temps après être tombée en amour, elle tombe raide morte. Paf. J'exagère ? Presque.

D'après ce que j'ai lu dans son journal, elle avait même pas le temps de dire Ouf que le grand amour était déjà parti. Pfuitt. Envolé. Elle pleurait un peu, beaucoup [pas toujours], elle criait qu'elle en avait marre, parlait d'arrêter d'écrire ce «maudit journal» [parfois elle arrêtait pour vrai, %$#@#**, arf] et puis quelques jours après, elle recommençait de plus belle à sourire à la vie et à ses fleurs... C'est à n'y rien comprendre !

Script n'a probablement jamais eu la chance de rencontrer quelqu'un qui ait envie de fermer les yeux et de dire je t'aime, comme tout le monde, quelqu'un qui ait envie de la protéger et d'en prendre soin comme elle sait prendre soin de ceux qu'elle aime. Mais je suis folle de dire ça. « Tout le monde » n'a probablement pas envie de dire je t'aime. « Tout le monde « n'a surtout pas envie de fermer les yeux et de se laisser soigner et bichonner quand il est mal en point, tout le monde a peut-être plutôt envie de crever tout seul dans son coin; et « tout le monde » a peut-être pas envie d'aimer et protéger sans rien attendre en retour. Et puis se donner, tout donner, simplement parce qu'il en a envie, c'est impossible, c'est l'amour absolu, détaché, et c'est trop rare.

Et Script me dit : c'est ben beau ton blabla, mais moi, je fais quoi, moi ? C'est pas avec « tout le monde » que j'ai envie de tomber pas « en » mais « dans » l'amour, c'est avec un homme ordinaire, gentil, normal.

Bien vu. Mais j'ai pas trop envie de me prononcer là-dessus. Love and writing Project, on sait pas trop ce que c'est, mais c'est pas le Courrier du coeur.

Tout ce que je sais, c'est que l'amour, ma chère Script, ça pousse pas en dessous des feuilles de chou. Si t'en veux faut te faire travailler un peu le zigouillou qui te sert à réfléchir. Ferme les yeux un peu, par exemple. Tu sais ce que je veux dire ? Non ? Ah, elle comprend jamais rien. L'amour, tu te le donnes à toi en premier et puis tu élargis un peu le cercle autour de toi, tu aimes, tu aimes, et tu rêves, tu fais ce qui te fait du bien, l'essentiel, et puis tu laisses s'éloigner le reste, les affaires qui te font mal, et puis après, un beau matin [ça peut être aussi la nuit] tu vois l'amour briller dans le soleil, l'amour qui fait du bien. Et le soir, tu regardes les étoiles du monde et tu sais qu'elles brillent pour toi. Et si tu peux continuer à rêver en te demandant si t'es pas en train de rêver, que c'est trop beau, eh bien c'est ça l'amour. Forever

C'est simple. C'est juste que des fois, ça prend mille ans. Mille ans et quelques fleurs.