92. ophélia

Love and writing project [ophélia]

narcisse.jpg

La fébrilité est encore là. Mais pas tout le temps. Par moments, comme maintenant, il y a cette sorte de légers tremblements intérieurs, on dirait la flamme d'une bougie qui s'invacille. C'est très étrange. Je sais que ce n'est pas de l'angoisse. C'est autre chose. Et ce n'est pas désagréable. Cela ne donne pas l'envie de prendre un médicament ou un verre de scotch pour faire passer ça. En fait, j'ai pas trop envie que ce feeling disparaisse. Je suis bien comme ça, tremblante en dedans. Heureuse parce qu'il fait soleil et vous.

Cet après-midi j'ai marché dans le quartier chinois. Marché et mangé des dumplings széchuannais et des chow mein. Avec des baguettes. J'ai pas trouvé le kimono bleu [pâle pâle pâle] avec des dragons roses [pâles pâles pâles] dans le dos que je rêve de dénicher au fond d'une boutique avec une porte laquée rouge, et qui sent l'encens et le savon au bois de santal. Mais je continue de chercher.

Je rêve à ce kimono et je l'imagine là, pour moi, qui m'attend dans tous les quartiers chinois de toutes les grandes villes de la planète depuis fort longtemps. Si quelqu'un le trouve, prière de m'envoyer un e-mail.

Je me dis que si ce kimono existe dans mes rêves, quelqu'un finira bien par le couper dans une pièce de soie et par le coudre pour moi quelque part à Taïwan... à Tokyo ou à Bangkok, ou alors je ne m'appelle pas Script. Et je ne renonce pas. Si je rêve à lui, c'est qu'il existe.

C'est exactement pareil que le garçon aux cheveux noirs dont rêve Ophélia : le 23 mars, le 28 mars, le 2 avril bis, le 5 avril, le 6 avril, et puis le 6 avril bis, et aujourd'hui, le 15 avril.

S'il y a une seule chose à laquelle je crois, c'est ça : si on rêve à un jeune homme aux cheveux noirs [ou encore à un kimono bleu [pâle] avec un dragon rose [pâle] dans le dos] si intensément, jour après jour, sans faillir, c'est qu'il EST quelque part. Et c'est le rêve qui lui permet de prendre corps dans la réalité et d'être là, indispensable et sublime.

Si quelqu'un le voit, prière de nous envoyer un e-mail.

Haut de page