74. alice

panier_de_legumes.jpg

Quand j'étais petite, ma tante Alice disait souvent qu'elle aurait aimé aller à l'école plus longtemps pour être capable d'écrire un livre. Ma tante Alice rêvait d'écrire son autobiographie. Alice était un peu folle... pas mal folle en fait.

Elle racontait que quand elle était petite, son père l'avait retirée de l'école pour la faire travailler aux champs et alors elle passait ses journées à cueillir des betteraves sur la ferme.

Et comme elle n'aimait pas beaucoup cette corvée qui durait des jours et des jours, elle cueillait en récitant le nom de toutes les recettes de betteraves qu'elle connaissait ou imaginait : de la soupe à la betterave, des betteraves à l'anglaise, du caviar de betteraves rouges, des betteraves à la béchamel, des betteraves à la crème, des betteraves à la lyonnaise, des betteraves à la provençale, des betteraves au vinaigre, des betteraves chaudes aux oignons, des betteraves en sauce, des betteraves rouges à la menthe poivrée, des feuilles de betteraves cuites, de la mousse de betteraves, du potage de betteraves froid à la russe, du potage de betteraves polonais, de la salade de betteraves alsacienne, de la salade de betteraves aux harengs, de la salade de betteraves aux pommes et aux noix, de la salade de betteraves marinées, des betteraves à l'orange, de la soupe à la betterave et au céleri, des betteraves marinées aromatisées au gingembre, des betteraves au cerfeuil, des betteraves chaudes aux oignons, des betteraves rouges à la menthe poivrée, mais le meilleur, c'est la dinde rôtie accompagnée d'une purée de poires et betteraves ou encore un gâteau spectaculaire aux carottes et betteraves. Et, à bien y penser, ce qui est encore meilleur, le meilleur de tout, ce sont les betteraves fondantes au vinaigre de vin vieux avec du foie gras rôti au pain d’épice.

ligne grise

Note : ce billet n'était qu'un malicieux exercice d'écriture [sauf ma tante Alice qui a existé pour vrai et qui a cueilli des betteraves pour vrai], une manière de presque plagiat. Arf. L'idée m'en est venue après avoir lu ceci :

Des années auparavant, lorsque Albertine était assez forte pour travailler dans les champs, ils allaient ramasser les pommes de terre. Tout en travaillant, ils récitaient toutes les manières possibles dont on pouvait manger les pommes de terre : pommes de terre en robe des champs, pommes de terre au fromage cuites au four, salade de pommes de terre, pommes de terre au saindoux, pommes de terre au lait, pommes de terre à l'étouffée dans la cocotte en fonte noire, soupe aux pommes de terre et aux poireaux et, le meilleur de tout, les beignets de pommes de terre avec la salade de chou. [John Berger. Citation trouvée dans le livre de recettes Bistrot, de Patricia Wells, au chapitre des recettes de pommes de terre].

Haut de page