fleur de pommier

Aveu : Le Journal de Script n'est pas mon premier journal online. Je sais, cela n'intéresse personne [almost] mais si j'écris cela ici, je le fais d'abord pour mon plaisir à moi et parce que j'en ai envie. Je veux écrire la vie de ce premier journal qui n'a pas vécu très longtemps. J'y pense très souvent, peut-être parce que je n'ai pas su le faire durer et aussi parce que je l'ai perdu. Mon premier journal me manque beaucoup ce soir.

Ce soir la vie tourbillonne et c'est pour ça que j'ai envie de reprendre contact avec autre chose, parce que ce journal fut une expérience d'écriture très importante, une expérience qui m'a appris beaucoup sur la vie et sur moi-même. Voici donc la courte histoire de mon premier journal.

Septembre 2000 :

Je tourne en rond dans la rédaction d'un roman qui a pour titre Le dernier roman. Il s'agit d'une autofiction mais je ne suis pas à l'aise avec la forme et je me dis : pourquoi pas une autofiction fictive ? Comme la protagoniste écrit aussi son journal, comme moi, je laisse de côté mon journal papier et je décide d'écrire mon journal sur l'Internet pour me dissocier du personnage et pour me donner ainsi la force et le courage de continuer. Le titre ? Entrée libre, le journal d'Ariane Fabre. En quelques jours, j'apprends à monter un site web avec le Composer de Netscape. Je ne connais rien au langage html et à la conception de site web, rien de rien. J'apprends.

Vers le 22 septembre, j'ai quelque chose qui ressemble à un site, un embryon de journal et des liens qui ont l'air de fonctionner alors je m'inscris sur un serveur où je réussis à uploader le tout. C'est parti.

Le dimanche 3 février 2002 :

Seuls les lecteurs de ce journal qui ont lu la dernière page du journal d'Ariane Fabre, celle du 27 décembre 2000, une page perdue à jamais, savent pourquoi j'ai écrit ce jour-là : « Exit le journal. »

Si je me souviens bien, c'était une question d'identité qui devait paraître bien futile aux lecteurs mais elle me torturait et eux, ils ne pouvaient pas savoir. Et puis ce journal était devenu trop vrai et trop fictif en même temps.

Comment ça? Peu de temps après avoir mis mon journal en ligne, j'ai tout simplement commis l'erreur de rebaptiser mon personnage Ariane Fabre. Je sais, c'était pas brillant mais j'aimais ce nom et ça collait tellement bien à mon histoire. Mais après ça, j'ai été constamment tiraillée entre écrire mes impressions de la vie quotidienne, ce qui était mon intention première, et la réalité du personnage, sa vie réelle dans le roman. Et parfois les deux réalités se confondaient, tout simplement à cause de ce nom-là. Dans les deux cas, n'était-ce pas moi qui tirait les ficelles par derrière ? Mais les enjeux de l'écriture ne sont pas aussi simples. Plus le temps passait, plus je réalisais que je devais me débarrasser de ce pseudo si je voulais écrire en paix mon propre journal, mais comment faire ? J'ai piétiné quelque temps... et puis j'ai trouvé une piste.

18 décembre 2000 :

Je décide qu'il est temps de mettre fin au journal d'Ariane Fabre parce que c'est trop difficile et aussi parce que je veux écrire le mot FIN au roman... Alors je me dis qu'il vaut mieux laisser Ariane au roman et comme elle s'est mêlée du journal, je lui en donnerai un petit bout en sélectionnant une trentaine de pages d'Entrée libre pour les insérer dans le roman. Après, l'écriture du roman débloque et j'écris rapidement les derniers chapitres.

Sauf que tout ça m'embête royalement et que c'est compliqué. J'ai envie de faire disparaître ce journal mais je ne veux pas arrêter d'écrire sur le web. Alors la seule solution me paraît être de recommencer et de me choisir cette fois un pseudo qui n'a rien d'humain, Script, et un titre tout aussi étrange, Script_O.Mania. Je commence à écrire le jour même, hors ligne, en projetant de publier vers la mi-janvier 2001, si j'arrive toutefois à bâtir un projet sur de nouvelles bases, sans autre personnage que moi-même, Script.

27 décembre 2000 :

Je ferme Entrée libre. Fin de la première partie de l'histoire.

Octobre 2001 :

La suite ? Vers le mois d'octobre 2001, mon vieil ordi est infecté par un virus et je perds toutes les donnés qui se trouvent sur mon disque dur, dont le journal d'Ariane Fabre que j'avais supprimé du serveur de Geocities. Oups !

Je me mords les doigts et je trouve ça super difficile de perdre mon journal d'Ariane Fabre. Eh oui ! je n'avais pas de copie sur un autre support. Tout ce qui me reste d'Entrée libre c'est le fragment que j'avais mis dans le roman.

Épilogue :

Tout ça parce que je m'ennuie d'Ariane Fabre. Mais j'en ai un peu marre des réminiscences. Faut que j'aille faire ma valise, je prends l'avion demain.