une fourmi avec des ailes

Un mot de Stephanie (Tara) : « le HTML doit baliser la structure d'un document et non son apparence. J'ai conscience que ce point est souvent mal compris. En effet, beaucoup de gens ne structurent pas leurs documents de façon consciente. Ils les structurent, mais sans se rendre compte qu'ils structurent. »

Aveu : Je crois être un cas-type de structurite inconsciente aiguë, héhé. Pas grave. J'apprends. Au menu aujourd'hui : « rebidouiller » le layout avec les CSS. J'ai lu d'autres documents, c'est de plus en plus intéressant. Et vraiment pas aussi compliqué que ça en avait l'air au début. C'est un apprentissage, alors il y a des hauts et des bas, des essais et des erreurs. Inutile de noter tout cela ici.

Hier : petit moment de découragement. C'est passé. La cause ? Il y a un bug sur la page. Je croyais pourtant avoir enlevé mes codages en folie qui auraient pu causer ça.

Mais voilà. Au moment où je commençais à me dire que j'avais pas mal fini le ménage de mes codes, je reçois un mail d'une lectrice avec une photo de mon écran où on voit le texte à droite de l'image s'écrire en partie sur l'image.

Malheur de malheur ! Ça m'était déjà arrivé avec mon vieux PC et je n'avais jamais pu réparer ça; je devais corriger en rechargeant la page. Et comme aucun lecteur ne m'avait écrit pour me signaler le problème, je ne m'en faisais pas trop. De plus, sur ma nouvelle machine (avec IE5,5 ou Netscape6) cela ne se produisait plus, donc je croyais que « c'était la faute au vieux pc ».

Je vais y voir. Autre chose : je n'aime pas trop le bleu foncé du titre et des liens. Je préférais vraiment l'autre bleu-gris, comme celui de la page Marginalia. Je me demande à quel point ce bleu est invisible. Comment le savoir? Que faire ? Je réfléchis. Peut-être un test de validation ? Oui. J'essaierai le test sur la Marginalia. Si c'est bon...

Conclusion : l'aventure « Accessibilité » va très certainement amener des changements dans la présentation de cette page. En tout cas, mon apprentissage affecte la continuité du journal. Ce n'est que temporaire.

Je sais que je ne pourrai rester bien longtemps à distance de l'écriture « de soi ». Dès que je serai affranchie de ma structurite inconsciente, que je maîtriserai mes outils de travail, j'écrirai.

Et puis j'ai aussi à m'occuper des Carnets rouges. Nous sommes maintenant cinq auteurs de journaux. Et deux auteurs libres. Et il y a un sixième journal fort prometteur qui se joindra à nous bientôt. La vie est belle.

Le Journal de Script est en mutation, comme un serpent qui change de peau. Et comment va Script dans tout ça ? Heureuse.