durbec des sapins

Je n'écris vraiment pas beaucoup ces jours-ci. Et je ne suis pas souvent « en ligne » non plus. Pour ce midi, j'ai mis un gros poulet au four. Comme ça, je n'oublierai pas de manger.

Et c'est dimanche. Jack a réparé la débroussailleuse et cet après-midi il m'a dit qu'il irait travailler dehors, nettoyer les sapins.

Je rêve beaucoup la nuit. C'est probablement dû au calme de la campagne.

J'ai trouvé l'image de l'oiseau sur l'Imagier du site web d'Environnement Canada, Service canadien de la faune (j'ai dû enlever l'hyperlien brisé, dommage). C'est une belle photo, je trouve. J'aime faire des photos d'oiseaux. Mais je ne suis pas équipée pour les publier ici.

C'est une bonne idée de travailler dehors, ça lui fera beaucoup de bien et les sapins vont être contents d'avoir de la compagnie.

La maison est silencieuse et il commence à neiger un peu. Il fait si froid que les vitres sont couvertes de givre vers le bas, alors il me reste juste la partie du haut pour voir dehors et je vois le ciel, blanc. Le ciel est blanc ce matin, peut-être à cause de la neige, en tout cas le soleil est bien caché.

C'est bon de vivre comme on le fait en ce moment : amoureusement, simplement occupés à faire des choses qu'on a jamais le temps de faire le reste de l'année. Tout ce qui manque c'est d'être ensemble, ensemble. Je mettrais le poulet au four. Il irait dehors quand même débroussailler les sapins... Peut-être que j'irais aussi, peut-être pas. On ferait ce qu'on veut. Et après avoir mangé, on ferait la sieste dans les sapins, près d'un grand feu [?]